top of page

Les articles

Comment se préparer pour la purge à l'huile de ricin ?

Dernière mise à jour : 14 juil. 2023


Nous avons vu dans le précédent article pourquoi la purge à l'huile de ricin revêt un intérêt si particulier pour celle ou celui qui recherche la santé. Nous allons maintenant entrer dans le vif du sujet, à savoir : comment se préparer le plus efficacement possible à sa mise en pratique ?


Mais pourquoi faut-il s'armer à la purge ?

Et bien, il est évident qu'une purge est loin de se prendre à la légère, et peut être encore plus celle là, car elle demande à nos organes émonctoires (organes d'élimination) une véritable préparation.

Avant le jour de sa mise en pratique, il faut bien comprendre pourquoi nous la mettons en oeuvre, ce que cela implique et comment le corps peut réagir, car la purge provoque spontanément le système lymphatique.


Elle aura une action centrifuge sur ce liquide profond du corps, c'est à dire qu'elle va attirer à elle les déchets stockés par notre organisme dans la lymphe et autour des cellules. Ce mouvement va venir inonder notre sang qui doit être en capacité d'accueillir la masse des déchets provenant de la lymphe. Ensuite, nos organes émonctoires vont les filtrer pour les éliminer, donc ils doivent bien être ouverts.


La purge va également avoir une action sur la plaque mucoïde et les petits calculs durs éventuellement présents dans la vésicule biliaire. Différents consultants, au sortir des purges, m'ont expliqué en avoir vu un certain nombre en analysant leurs éliminations. Ce sont des petits cailloux jaunes foncées ou marrons ou sous la forme de gros grains de sable qui sont durs au touché.

Deux objectifs dans la préparation :

  1. Assainir le sang : car c'est par lui que passera les déchets en provenance des cellules.

  2. Préparer le terrain au niveau du foie et des intestins : plus l'évacuation sera facile, plus la purge sera "agréable et rapide".


Comment répondre à ces objectifs ?


1. Vérifier l'état de santé du foie et de la vésicule biliaire :

Peau jaune, ictère, blanc des yeux jaunes, mauvaise digestion, langue chargée au réveil, constipation, troubles dyspeptiques, difficulté à digérer les graisses, colère contenue, fatigue, boutons (etc...) sont les signes d'un foie fatigué, encrassé, congestionné.


Il va déjà falloir travailler à son ouverture par des plantes cholagogues (artichaut, radis noir, romarin...) et cholérétiques (fumeterre, radis noir, pissenlit, chardon-marie...), utiliser des hépatoprotecteurs (chardon-marie, desmodium...), et des soutiens comme le cataplasme hdr sur le foie, le jeûne, le repos, alimentation naturelle, cure sève de bouleau ...


Pour aller plus loin :

  • 3 plantes utilisées en naturopathie qui soutiennent la digestion : mélisse, fenouil et artichaut : clique ici

  • 4 plantes bonnes pour soutenir le foie : clique ici

  • 7 signes d'un foie encrassé : clique ici


2. Vérifier que les urines soient jaune :



Les reins permettent l'épuration du sang au travers de la création de l'urine qui est le résultat de sa filtration. L'appareil rénal est un outil d'équilibre de l'homéostasie très important et un organe émonctoire fondamental au même titre que le foie. Si vos urines sont pâles ou translucides, c'est un signe de fatigue rénale et il va falloir travailler sur la transpiration (activité physique, sauna...), avec par exemple pourquoi pas des plantes des reins de soutien comme la reine des prés, et des outils en hygiène vitale comme le jeûne intermittent sec ...


Pour aller plus loin :

  • Qualité (odeur et couleur) de l'urine et santé en naturopathie : clique ici


3. Travailler sur son alimentation :



Dans un premier temps déjà, il va falloir supprimer les sucres et sels industriels, éviter les sodas, essayer de manger plus de cru si le corps est ok (pas d'inflammation digestive), supprimer les aliments à base de farine blanche, favoriser une alimentation biologique, favoriser les légumes et fruits qui viennent hydrater la muqueuse intestinale et favorisent le péristaltisme, favoriser les bonnes matières grasses, manger des graines germées, des jus de légumes, favoriser les bonnes combinaisons alimentaires ...


4. Favoriser la motilité de l'intestin + le préparer (si inflammation and co) :

Pour baisser une éventuelle inflammation, on peut utiliser le jeûne, une alimentation hypotoxique à la Seignalet, la L-glutamine, faire une cure argile verte ultra ventilée à 1 semaine d'intervalle de la purge.


Pour activer la motilité intestinale, on peut agir en travaillant sur les sécrétions digestives de l'estomac (acide chlorhydrique), du foie (bile) et du pancréas (acide pancréatique), on peut utiliser le psyllium blond à 1 semaine d'intervalle de la purge qui va alourdir les selles, faire le jeûne intermittent, utiliser aloe-vera, hydrothérapie du côlon ...



Qui ne peut pas pratiquer la purge ?


Tout le monde ne peut s'appliquer à pratiquer la purge à l'huile de ricin :

  1. Les femmes durant leur période menstruelle ou leur grossesse ne peuvent la pratiquer.

  2. Les personnes trop fatiguées, qui se sentent épuisées doivent formellement attendre avant de se lancer dans l'aventure.

  3. Les personnes ayant subies un lourd processus allopathique dans l'année (chimiothérapie, radiothérapie, opération avec anesthésies puissantes ...) : au cas par cas.

  4. Les personnes ayant peur également attendront de prendre confiance avant de la pratiquer.

  5. La purge ne pourra être mise en place à la suite d'une soirée alcoolisée, un gros repas...

  6. Pour les personnes médicamentées, au cas par cas.

Pour un complément d'informations au sujet de l'huile de ricin, je vous invite à lire cet article.

 

Article écrit par Adrien Ruet, praticien naturopathe, formateur et fondateur du site.


Son Facebook : clique ici

Son instagram : clique ici

Son Youtube : clique ici

Son linkedIn : clique ici

Ses formations : clique ici

Prendre RDV pour une consultation en ligne : clique ici

36 768 vues
Transp-Small-(2000-widthx1948-height).png