Les hémorroïdes vues par la naturopathie : causes et solutions naturelles.

Mis à jour : mai 3




Aujourd'hui c'est un sujet glamour que je vais aborder : les hémorroïdes.


Nous allons découvrir ensemble ce phénomène qui touche plus de de la moitié des personnes de plus de 50 ans en France.


Nous allons voir pourquoi et comment elles se manifestent à nos derrières, pour comprendre ensuite les stratégies naturelles à enclencher et les bonnes habitudes en hygiène de vie à déployer afin d'éviter à ces malicieuses petites veines de venir enquiquiner celles et ceux qu'elles ont choisi pour cible.


Les hémorroïdes : what els ?

Elles désignent les veines présentes à l'intérieur et à l'extérieur de l'anus. Elles ne sont pas apparues par hasard, elles ont toujours été là, mais pour une raison inhérente à l'individu elles sont entrées en état d'inflammation. Donc à défaut de parler "d'hémorroïdes" nous devrions plutôt définir les symptômes douloureux qu'elles provoquent, quand elles sont inflammées, sous l'appellation : "crises hémorroïdaires".

En situation normale, les veines d'une personne qui digère se dilatent lors du passage à la selle. La crise hémorroïdaire, accompagnée de douleurs physiques, apparait lorsque les veines restent dilatées en continu.


Cette situation entraine l'inflammation. L'inflammation provoque l'inconfort et n'est possible que par une faiblesse constitutionnelle du retour veineux. Elle est donnée par l'hérédité et aggravée par notre hygiène de vie.


La crise hémorroïdaire : deux troubles distincts et symptomatologie


Les hémorroïdes externes :


Elles se situent en dehors de l'anus et, sous l'action de l'inflammation, vont gonfler pour former une sorte de boule ressemblant visuellement à un kyste enflé.


Ici, la douleur est diffuse, associée à des démangeaisons et peut dégénérer avec saignements, fissure, infection et suintement.

Les hémorroïdes internes :


Elles se situent à l'intérieur de l'anus. Comme la manifestation externe, c'est une inflammation des veines anales. Au début, elles sont souvent asymptomatiques, car les hémorroïdes internes ne possèdent pas de cellules nerveuses, contrairement aux externes qui sont innervées. La douleur se manifeste quand elles dégénèrent...

Les hémorroïdes permettent la bonne vascularisation de notre anus et la bonne fermeture de celui-ci. Quand elles sont inflammées, les hémorroïdes causent une sensation de pesanteur anale qui prédisposent aux "faux besoins" qui résultent de l'état inflammatoire. En période de crise la douleur est aigüe. Pour les hémorroïdes externes, on n'en vient à ne plus pouvoir s'assoir !



Les hémorroïdes, pourquoi ?


Nous l'avons compris, les poussées hémorroïdaires sont facilitées par une faiblesse de l'organisme au niveau de sa sphère vasculaire. la seule vraie manière d'agir pour ne plus les subir se trouve dans l'hygiène de vie.


Celle-ci permettra de renforcer le terrain (le corps) et de nettoyer ses tissus et ses liquides. Elle aura pour but de reconnaitre, et d'agir en conséquence, sur les mauvaises habitudes qui favorisent l'inflammation des hémorroïdes.



  • LE FOIE : Les "hémorroïdes" résultent d'un engorgement de la sphère hépatique. Cet engorgement est clairement le signe d'alerte, d'une part, que l'alimentation n'est pas adaptée aux capacités et aux besoins du corps, et d'autre part, donc, que la sphère hépatique patine. Il faut donc agir de fond en favorisant des aliments naturels, biologiques, frais, non transformés et non raffinés. C'est le socle de base afin de soutenir un minimum l'organisme ! Sans une réforme alimentaire en faveur de plus de simplicité, qui nécessitera moins d'énergie pour la digestion et qui est moins pourvoyeuse en déchets (liés  la qualité du métabolisme et à la qualité des aliments ingérés) comment voulez-vous améliorer les choses ?! Si je devais expliquer en quelques mots le phénomène, je dirais que la congestion hépatique débouche sur une congestion veineuse, jusqu'aux plus petites ramifications telles que les veines au niveau de l'anus. Car si le foie fonctionne en sous-régime, le sang qu'il est chargé de nettoyer se retrouve chargé en substances non traitées. Cet hémogliase (épaississement du sang) crée un ralentissement du retour veineux qui entraine une surcharge de sang au niveau des réseaux périphériques. Tout cela prédispose à l'inflammation des veines et la chronicité de ce phénomène débouche sur la formation des "hémorroïdes" dans le cadre d'une faiblesse constitutionnelle.


  • LA CONSTIPATION : Ce sont souvent des troubles du transit qui vont, de concert avec la faiblesse hépatique, dans le cadre d'une faiblesse du retour veineux, enclencher les crises. Le fait de ne pas pouvoir expulser correctement les selles innerve de manière continue les vaisseaux concernés et le fait de forcer ou de rester trop longtemps assis aux toilettes irrite les tissus. Le phénomène touche essentiellement les personnes constipées, les congestionnées DES LIQUIDES humoraux, je pense au lymphatique (les humeurs d'Hippocrate), les femmes enceintes et celles qui viennent d'accoucher. Ensuite, il touche les personnes ayant passé un certain âge car, d'année en année, l'encrassement lié au mode de vie moderne (activité physique faible et sédentarité, alimentation non naturelle et transformée, pollutions diverses, stress et oxydation, fatigue...) entraine une congestion de l'organisme qui ralentit ses fonctions, ce qui débouche sur le phénomène de constipation qui n'est rien d'autre qu'un ralentissement de la fonction digestive par encrassement (mauvaise digestion et mauvaise élimination des métabolites).


Que faire en prévention de la crise ?

  • La première chose à faire est de s'occuper de son transit, c'est vraiment la priorité et cet article sur la constipation vous donnera les clefs hygiéniques afin d'agir de manière consciente et efficace. Juste pour vous donner un ordre d'idée, si vous mangez 3 repas/jour, vous devriez aller 3 fois à la selle dans la journée qui suit la digestion totale, comprenant la phase d'évacuation des selles, se faisant approximativement autour de 24 heures.

  • Le kéfir (ici) est aussi une aide redoutable pour aider à débloquer la constipation en nourrissant notre bonne flore intestinale .

  • Ensuite, le foie, toujours lui. Il va falloir l'aider un peu et surtout le protéger des éléments perturbateurs. Il existe plusieurs techniques afin de l'accompagner dans la "régénération" de ses tissus et de ses fonctions. Des cures de plantes amères (artichaut, romarin, bardane, boldo, radis noir, pissenlit...) sur 3 semaines, ou de sève de bouleau (au printemps), la cure d'argile (article ici), la purge à l'huile de ricin qui décongestionne et qui libère, que je recommande particulièrement à la personne qui la prépare correctement (article ici), la monodiète (article ici), le jeûne (articles ici).

  • Se relaxer est primordial également pour ne plus sur-solliciter le foie par des pensées négatives ou des stress importants, des peurs chroniques et des états-d'être pouvant amener à une fatigue hépatique. En médecine traditionnelle, nous le savons bien, le foie digère autant les aliments que les pensées, nos repas que nos émotions... Il est donc essentiel d'apprendre à se recentrer, se reposer, se détendre et favoriser son système nerveux parasympathique (celui de notre physiologie).... Qui connait ce dicton "se faire de la bile", qui exprime juste se faire un sang d'encre, bref stresser :) !


Bien sûr toutes ces stratégies naturelles doivent impérativement être employées dans le cadre d'une bonne hygiène de vie !


Toutes ses techniques propres aux médecines naturelles, et il y'en plein d'autres, ne sont que des béquilles, c'est à dire qu'elles peuvent grandement aider mais que les effets positifs se dissiperont aussi vite qu'ils sont arrivés si l'hygiène de vie qui se trouve derrière n'est pas correctement fixée.


Je ne vous demanderais jamais d'être des extrémistes, car une frustration créée par une trop forte transition dès le début d'une "cure" ou d'un changement dans l'alimentation, l'activité physique (...) est à mon sens néfaste. En revanche, il faut savoir s'écouter et accepter une remise en ordre de certaines habitudes nocives.


Quelques pistes pour éviter l'état hémorroïdaire et améliorer le terrain (le corps) :

_ Arrêter la cigarette

_ Arrêter ou fortement diminuer l'alcool (et pencher pour du bio (dynamique))

_ Respecter les bonnes combinaisons alimentaires (article ici)

_ Supprimer de l'alimentation TOUS les produits raffinés (article ici)

_ Favoriser donc les céréales complètes (mais limiter leur consommation)

_ Manger biologique et toujours penser à manger un peu de cru (sous forme de salades ou de jus de légumes)

_ Éviter les épices pimentées ou poivrées, les piments, charcuteries, chocolat blanc et laits animaux !

_ Éviter les matières grasses dérivées animales et favoriser les huiles végétales de première pression à froid (biologiques)

_ Avoir un cycle de sommeil régulier

_ Relaxer (articles ici) 

_ Passer du temps dans la nature (article ici)

_ Lâcher prise (article ici)

_ Pratiquer une activité physique régulière (et quotidienne) et transpirer (article ici)

_ Savoir respirer correctement (article sur la cohérence cardiaque) 

Etc...



Existe-t-il des remèdes naturels lors de la crise hémorroïdaire ?

Tout ce que nous venons de voir est à appliquer en "traitement de fond" si je puis m'exprimer ainsi même si cela va bien plus loin, mais lors d'une crise, quand la douleur est gênante, quelques règles à mettre en place peuvent aider. À vous de voir vos objectifs et les moyens (environnement, motivations, conscience...) dont vous disposez.

  • L'aloe vera : Elle est très apaisante et a le mérite de pouvoir s'appliquer assez facilement lors d'une crise. Elle a un pouvoir calmant et antidouleur. En interne et en externe c'est top !

  • L'argile verte en cataplasme : Autant sur n'importe quelle partie du corps, elle est un pilier très efficace de notre pharmacopée naturelle par son pouvoir nettoyant, antidouleur et tout ce que vous voulez, mais je vous avoue qu'au niveau des hémorroïdes la tâche est un peu plus compliquée. Le médecin, naturopathe et anthropologue Jade Allègre en parle très bien et ces recherches au contact des peuples qui vivent de manière traditionnelle sont riches en enseignements, mais je vais laisser la parole au médecin et naturopathe Raymond Dextreit : " Sur les hémorroïdes, appliquer de petits cataplasmes d’argile froide et laisser en place une heure et demie à deux heures. Moins longtemps, si les hémorroïdes sont fluentes. Fixer par une bande en T le cataplasme. Compléter avec des petits bains de siège ou des lavements d'une décoction d'écorce de chêne (200 gr d'écorce pour deux litres d'eau). Aussi bien pour les varices que les hémorroïdes, la pâte d'argile peut être préparée avec une décoction de plantain, d'écorce de chêne ou de feuilles d'argentine, en place d'eau. "

  • Les bains de siège : En cas de douleur, l'eau froide permet de décongestionner la zone. À faire de 5 à 7 minutes.

  • La respiration abdominale : La respiration diaphragmatique (par le ventre) décongestionne le petit bassin et donc favorise la circulation des liquides.

  • Méditer : Les hémorroïdes sont assez significatives de messages subconscients d'un corps qui n'est pas assez écouté. Nous avons tous en nous une intuition et des ressentis, des émotions et des blocages émotionnels, mais la société nous apprend très vite à tout masquer et à tout enterrer au plus profond de notre être. Il s'agirait ici d'apprendre le lâcher prise, la relaxation, mais aussi de savoir s'écouter, de comprendre, pardonner et de se pardonner. Alors, sans faire de la "psychologie à deux balles", nous pouvons voir la crise hémorroïdaire comme une conséquence de la pression que l'on se met pour ne pas parler et ne pas montrer nos émotions et nos peurs. Quand on a peur, qu'on est en colère, en tension, en stress (réactions délétères pour le foie), il faut apprendre à lâcher prise et à ne pas retenir, car plus on retient, plus les crises seront présentes.

  • Compresse : Tremper une compresse dans du thé noir, froid, très concentré, cela apaise les crises. Il parait que c'est efficace ! La compresse doit être maintenue sur la zone douloureuse pendant plusieurs minutes.



Le complément fétiche






Formule H : Si vous cherchez une solution tout-en-1 contre les hémorroïdes, vous devriez jeter un œil à Formule H qui est un complément alimentaire exclusivement composé de 6 ingrédients naturels : extraits de marron d’Inde, extraits de pépins de raisin sec, vitamine C, extrait de fragon petit houx, hespéridine et rutine, aux propriétés vasoprotectrices et vasoconstrictrices.






Article écrit par Adrien, fondateur de Juste Naturo


Son facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube