Le jeûne : comment fonctionne-t-il d'après le principe d'autolyse ?

Mis à jour : janv 14


C'est de plus en plus à la mode, ça arrive dans les médias, dans les magazines, le jeûne, on nous le dit, c'est santé !

Alors, on nous dit aussi que c'est à la mode, que c'est tendance, un peu comme les irrigations du côlon de l'autre côté de l'Atlantique chez nos amis d'Hollywood, qui veulent se détendre avant un rendez-vous important. Mais la tendance est notion fugitive, volatile, elle ne s'inscrit pas dans le temps, alors que le jeûne, lui, il est là depuis toujours. C'est d'ailleurs la première technique de santé que nous, l'homme, avons utilisé, depuis que nous sommes là, présent sur notre terre. D'après toutes les traditions ancestrales de santé, c'est l'ultime technique prévue pour le corps pour un retour à la santé.

Alors le jeûne, qu'est-ce que cela est ? 


"Le jeûne c'est arrêter de manger".

Oui mais pas que, car on peut arrêter de manger et ne pas être en état de jeûne, c'est l'inanition ! Le jeûne, c'est la capacité de notre corps à puiser sa nourriture dans ses propres réserves pour nourrir ses cellules selon le principe de cétose (les cétones sont produits par le foie quand il détecte une baisse du stock de glycogène dans l'organisme). La cétose amène le foie à utiliser le gras pour fabriquer le glucose (sucre) dont le corps a besoin… Ici toutes les conditions sont présentes pour amener le corps au mécanisme de l'autolyse (ou autophagie)


Nous pouvons lire sur le site www.jeunerpoursasante.fr :


" L’autophagie est en fait un mécanisme naturel qui consiste en la dégradation partielle du contenu de la cellule (appelé cytoplasme) par la cellule elle-même. C’est un nettoyage des déchets qu’elle accumule dans des lysosomes (structures en forme de « sacs ») qui fusionnent avec d’autres contenant des enzymes digestives, ayant pour effet de détruire ces détritus.


Un concept découvert il y a 50 ans, récompensé en 1974 et compris en 1990.


L'autolyse :


Le concept d’autophagie est apparu dans les années 1960 lorsque les chercheurs ont observé pour la première fois la destruction par les cellules de leur propre substance en l’évacuant vers un « compartiment de recyclage » appelé lysosome, a expliqué l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska, qui décerne le prix. Christian de Duve, biochimiste belge à l’origine de la découverte de ce mécanisme, a d’ailleurs reçu le prix Nobel de biologie en 1974. 

Certains médecins dès les années 70 en France s'intéressent à ce mécanisme. C'est le cas du docteur Vivini, médecin et naturopathe, qui ouvrit une clinique de jeûne en France dans les année 70. Selon lui, aucune maladie n'est incurable, elles sont toutes guérissables, à condition de connaitre un minimum les lois de vivant, comment fonctionne le corps humain, comment il s'encrasse et comment il s'exprime.


Il n'y a qu'à l'écouter notre corps, car fort d'une intelligence biologique vieille comme le monde il sait parfaitement ce qu'il fait. Il le sait dans chaque cas, chaque configuration de santé, et lorsqu'on la perd, il ne faut pas forcément chercher à stopper le symptôme qui se présente à nous, mais il serait plus intéressant de l'accompagner, de le comprendre, et avec lui, se nettoyer pour retourner à la santé. Car si maladie il y'a, erreurs de vie il y'a eu, d'une manière ou d'une autre. Ce n'est pas forcément facile à comprendre, car on nous a toujours appris à réfléchir inversement, à savoir, si il y'a maladie, souvent, "c'est pas de bol", c'est soit l'hérédité, ou alors, un coup de mauvaise chance... Nos médecins ne vont que trop rarement s'intéresser à notre hygiène de vie...

Aujourd'hui, le jeûne commence à refaire parler de lui, mais pour encore beaucoup, cette pratique est considérée comme fantaisiste et non scientifique; Pourtant quand les animaux sont malades, je parle des animaux sauvages qui ont encore leur intuition, ils jeûnent. Globalement, quand une personne a une grippe ou toutes manifestations pathologiques aigües, elle n'a pas faim. Notre corps sait parfaitement ce qu'il fait, et quand de longues digestions consomment plus de 50% de notre énergie, il est bon de faire une pause. Et c'est là l'intérêt du jeûne, faire une pause, donner à l'organisme l'occasion de se recharger en énergie.


Je suis vraiment désolé pour les médecins et les nutritionnistes qui doivent littéralement s'arracher les cheveux à me lire. Je sais, ce que je dis peut perturber, et pourtant... CA MARCHE ! Une seule règle : Contra factum non valet argumentum, en bref, seul les faits comptent, et même si vous n'arrivez pas à suivre le raisonnement, les faits sont là. Le corps humain est incroyable et le jeûne fonctionne. Alors je vous avoue que la théorie selon laquelle il faut manger quand on est fatigué, malade et faible, je la mets gentiment aux toilettes... J'imagine que ça ne marche pas des masses hein ... ? :)

L'autolyse en détail :

Le jeûne ne peut se concevoir sans comprendre et aborder le phénomène qu'est l'autolyse. Celui-ci n'est possible que grâce au réflexe atavique, c'est à dire que lorsque nous sommes privés de nourriture, nos cellules se mettent en mode guerrière et vont automatiquement enclencher une suite de phénomènes, venant d'une mémoire ancienne vieille de 3 milliards d'années d'évolution.

Tout le monde ne peut pas jeûner de manière longue, car pour jeûner dans la durée il faut un minimum d'énergie, mais surtout, il faut que nos organes de traitement des déchets (les organes émonctoires) soient en capacité de fonctionner, c'est à dire de traiter et de permettre la sortie vers l'extérieur des déchets accumulés et mis en mouvement par le jeûne. 

Donc lorsque nous arrêtons de manger, deux phénomènes distincts peuvent pointer le bout de leur nez :

1/ Soit on va pouvoir se nourrir de nous même, grâce au processus d'autolyse.

2/ Soit on va rentrer dans le phénomène de l'inanition : c'est à dire la vraie grève de la faim, le corps n'accompagnant pas la volonté de "jeûner", car il ne le peut pas, il est trop affaiblit par quelques maladies, fatigue ou congestion que ce soit, et donc au lieu de se nourrir de ses propres réserves, il va péricliter, les déchets mis en circulation ne seront pas pris en charge par les émonctoires, la congestion sera de plus en plus grande et rapidement notre énergie laissera sa place à une étatique phase de mal-être (à ne pas confondre avec une crise d'élimination de nos organes émonctoires)... Sympathique hein ?


Je vous rassure, rares sont ceux qui ne peuvent pas jeûner, et si l'entrée au jeûne est bien préparée, il n'y a pas de soucis à avoir, et si jamais vous ne pouvez pas jeûner, que votre corps ne prétend pas aux conditions que nécessite le jeûne, il existe d'autres techniques qui peuvent vous "entrainer", vous préparer à cette expérience, et qui dans tous les cas vous feront du bien !


Mais revenons à l'autolyse. D'un point de vu biologique, le jeûne ne commence que lorsque l'organisme n'a plus d'aliments dans le tractus digestif, qu'il n'y a plus de réserve de sucre dans le sang, provenant de la dernière digestion, et que les réserves en glycogène ont été utilisées.

Dans les faits, il faut parfois, entre 1 et 3 jours, en fonction des personnes, après l'arrêt de l'aimentation, pour rentrer dans le jeûne marqué  par la cétose qui entraine l'autolyse.


L'entrée en autolyse :

Pour comprendre ce processus, il faut remonter à notre dernier repas, la digestion prendra entre 6 et 12h, pour permettre l'assimilation dans le sang des nutriments provenant de la dégradation des aliments. À cette étape, le corps fonctionne sur le sucre émis du dernier repas.

Ensuite, le niveau de sucre baisse, ce qui va contraindre le corps à aller chercher les réserves de sucre ailleurs, essentiellement au niveau du foie (pour récupérer le glycogène qui est une forme de stockage du sucre). L'utilisation des réserves en glycogène peut durer entre 24h et 48h selon les cas.

Enfin, le corps commence à se servir dans les réserves (graisses et cellules malades...) pour pouvoir nourrir les corps cétoniques qui vont eux-même nourrir la cellule pour la faire fonctionner en absence de nourriture extérieure. C'est l'étape de la cétogenèse qui marque le début de l'entrée en état de jeûne ! Elle prend le relai au bout de 2 ou 3 jours après le dernier repas. Autrement dit, le corps va trouver un substitut de glucose : les corps cétoniques fabriqués par l’autolyse des muscles (protéolyse) et l’autolyse des graisses (lipolyse).

L'autolyse : physiologie et mécanismes

Le jeûne, par le mécanisme de l'autolyse, libère les produits toxiques et les polluants stockés dans les graisses, les liquides et les cellules, ce qui permet un nettoyage en profondeur de l'organisme.

Plus en détail, l'autolyse suit toujours le même chemin.

Tout d'abord, notre organisme cherchera sa subsistance en collectant et en transformant les déchets circulants dans nos liquides : Le sang, la lymphe, le sérum.

Ensuite, ce sera au tour des déchets stagnants dans les cellules, ils seront eux aussi transformés pour les nourrir et les cellules elles-mêmes, tout du moins les "malades", celles qui ne fonctionnent plus correctement, seront mangées par mécanisme d'autophagie.


Après cette belle étape, ce sont les déchets accumulés qui seront visés par l'organisme. Ce sont tous nos kystes et fibromes qui sont emprisonnés dans les tissus en dehors de nos voies de circulation. Notre corps utilise et transforme aussi tout ce qui fait notre tissu conjonctif, qui ne sont plus utiles, une fois les graisses autolysées.

Vient le tour des molécules chimiques (médicaments, pesticides, molécules industrielles présentes dans les produits de l'industrie agro-alimentaire etc...). Elles ne sont pas décortiquées avant, car elles demandent énormément d'énergie au corps, et que de toute façon il ne pourra pas les assimiler pour se nourrir. Elles seront donc directement mis en circulation afin d'être éliminées.

Article écrit par Adrien, fondateur de Juste Naturo.


Son facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @juste_naturo

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube