top of page

Les articles

Rompre son jeûne et bonne reprise alimentaire

Dernière mise à jour : 9 juin

témoi

Vous êtes nombreux à me demander comment rompre un jeûne, qu'il soit court ou plus long. C'est une étape primordiale qu'il faut ajuster à la duré du jeûne, à l'état de santé de l'organisme et de sa vitalité.

Quand arrêter son jeûne ?

Idéalement, quand la "vraie faim" arrive. Celle qui démarre dans la bouche et qui s'active au travers de nos papilles gustatives. Notre corps a bien bossé et il nous informe que le travail de nettoyage a été fait et il a la dalle.


Mais bon dans les faits pour la majorité non entrainée, aujourd'hui avec les nombreuses pollutions exogènes qui nous entourent et nous polluent en permanence + énergie faible, on retrouve rarement la vraie fin en sortie de jeûne, dans tous les cas pour les premiers. Il y'a beaucoup de travail à faire et souvent pas l'énergie suffisante qu'il faut ou le temps pour se nettoyer en profondeur. Le corps est bien souvent trop encrassé et fatigué. Donc on y va mollo et on respecte ses limites. Il est important d'avoir cette information à l'esprit.


Dans nos premiers jeûne de 1 à 2 semaines, on va le stopper lorsque l'on remarque que l'énergie vitale a atteint un point trop bas avec symptômes ou non associés, et que les éliminations diminuent (urines pâles par exemple et/ou état progressivement asthénique).


Note :

Il existe des marqueurs d'un jeûne qui fonctionne bien : langue chargée et urine jaune pour les 2 principaux. Si jamais on ne constate pas d'élimination via ces deux biais, il faut être vigilant, demander conseil à son praticien naturopathe ou à son médecin formé au jeûne et envisager une reprise alimentaire progressive. 

La durée du jeûne ne doit pas être bloquée dans les objectifs de notre mental :


Souvent, dans les jeûnes, on voit des personnes qui ont des objectifs : 1 semaines, 2 semaines, 3 semaines... En clinique ou en centre de jeûne, si on voit que l'énergie vitale est bonne, que les organes émonctoires sont bien ouverts, et que la personne a les réserves qu'il faut pour soutenir l'autolyse dans la cétose, alors pas de soucis, mais dans la réalité notre organisme pose souvent des limites que le mental a du mal à gérer.


Durée du jeûne et facteurs favorables :


On peut se sentir mal dans un jeûne d'une semaine par exemple, c'est normal. On peut vivre des symptômes d'élimination et des états peu confortables. Tant que les éliminations sont bonnes et que l'énergie est assez haute, j'ai envie de dire que tout va bien,


Mais vraiment, je vous demande si vous n'êtes pas accompagné, d'être particulièrement attentif à votre état d'énergie général.


Arrêt du jeûne précipité :


Parfois également, notamment dans les centres de jeûne en France quand des personnes viennent pour une durée de 1 semaines de jeûne, et qu'ensuite elles retournent à leur vie, il arrive que l'on doivent forcer l'arrêt alors que le corps, lui, kiffe et n'est pas prêt à la reprise alimentaire. Ici, nous pouvons avoir tout un tas de symptômes un peu pénibles comme une mauvaise haleine qui perdure (habituelle dans le jeûne, c'est plutôt positif, c'est un marqueur de mise en mouvement des déchets présents dans nos liquides). Ce sont les égouts qui se vident haha !


Une fois la décision prise, certaines règles sont d'usages et importantes et doivent être respectées pour éviter tout risque de choc à l'organisme qui peut être au mieux agressé par une nourriture inadaptée ou trop importante, et au pire le mettre en danger. La reprise alimentaire est aussi importante que la préparation du jeûne, et le jeûne lui même.


Articles connexes :


Comment sortir du jeûne ?


Le premier repas :


En toute simplicité, pas besoin d'une formule magique, de plantes ou de purges... Tout simplement commencer par un verre d'eau de source chaude, puis plus tard dans la journée un verre de jus de un ou deux légumes frais.



On prend le temps de humer et de savourer, de bien mélanger le jus à la salive en bouche et on avale. À partir du moment où le jeûne dépasse les trois jours, il est bien de commencer comme cela pour le premier repas.


Le cas des jeûnes de moins de 3 jours :


À noter que pour les jeûnes de moins de 3 jours, donc globalement des jeûnes qui n'ont pas activé le mécanisme de cétose, on peut faire un ou deux repas de légumes ou de fruits, mais si le système digestif est en forme on peut globalement remanger de tout, avec douceur évidemment.


Le deuxième repas :

Et puis, au deuxième repas, nous nous écoutons profondément : qu'est-ce qui me fait envie, mais surtout de quoi mon corps a-t-il vraiment besoin sans risque de le stresser ou d'abimer les effets du jeûne ?


Certains vont reprendre un repas liquide, à base de jus de légumes ou bien d'une soupe légère. Et si on se sent prêt, on peut manger solide, mais doucement, patiemment, en mâchant correctement et longtemps afin de bien préparer le travail pour l'estomac qui va s'activer pour la première fois depuis le début du jeûne.

Si c'est cette deuxième voie que nous empruntons, l'idéal serait de manger des fruits, dans tous les cas du 100% végétal, afin de donner au corps une nourriture riche d'enzymes, de vitamines et de minéraux, bref une nourriture vivante et surtout non polluante, non encrassante (qui risquerait d'endommager les organes digestifs qui ont vécu sur le mode du jeûne).


Une banane écrasée avec une 1 ou 2 de dattes ou bien une pomme, une poire, une grappe de raisins... Ici, il est important de s'écouter et de lire les informations que notre organisme nous envoie. Si on sent que le taux de sucre est trop fort, on passe sur des légumes. On mange peu (même si veut engloutir toute la tablée), lentement et de très grande qualité (aliments biologiques).

L'art de la douceur dans la reprise :


La reprise alimentaire commence comme cela, les premiers jours nous réintégrons progressivement les aliments et nous augmentons doucement les doses afin de ne pas affoler l'organisme et lui laisser le temps de retrouver son rythme, celle de son activité digestive intégrée dans tout ses autres métabolismes. Dans tous les cas, les premiers jours, l'alimentation est exclusivement végétale et idéalement fraiche. Si nous sommes en plein hiver la soupe est bien sûr la bienvenue, mais pas d'amidon, ni de céréales ou de produits raffinés (sucres, sels blancs et farines blanches, gateaux etc...), de matières grasses ou de grosses protéines hormis pourquoi pas un peu de bouillon d'os.

Observons comment notre corps se comporte et laissons le temps aux premières selles de revenir. D'ailleurs, et selon les règles d'usage, c'est à dire en dehors des temps de digestion, un lavement de 200ml, juste de quoi remplir l'ampoule rectale, peut être intéressant afin de dynamiser le péristaltisme intestinal et faciliter l'évacuation des premières selles.

Réintégration progressive des autres aliments

Prenons l'exemple d'un jeûne de 7 jours :


Pour le préparer, nous avons procédé à une descente alimentaire progressive et adaptée. La reprise alimentaire suit l'exact chemin inverse, c'est à dire que nous allons commencer la reprise par une alimentation légère, très assimilable, bio-disponible, végétale et fraiche, pour ensuite progressivement ajouter les autres produits composant notre "alimentation normale".

Donc, après les 2-3 jours d'une alimentation exclusivement végétale, nous pouvons commencer à réintroduire des éléments plus complexes à digérer, comme les huiles végétales de première pression à froid et les oléagineux trempés. Une fois fait, le lendemain, c'est au tour des céréales amidonnées faiblement (sarrasin, quinoa, pomme de terre...), puis les protéines maigres (fromages cru de brebis ou de petit animal). Enfin, nous pouvons doucement reprendre un alimentation normale, en réintégrant progressivement les poissons et crustacés (éviter les crevettes et favoriser les huitres) les viandes blanches, puis rouges (au bout de 7-8 jours), les céréales à gluten (7-8 jours), le vin (10 jours), le café (10 jours), le chocolat (10 jours), les pâtisseries (10 jours) et la charcuterie (10 jours).


 

Article écrit par Adrien Ruet, praticien naturopathe, formateur et fondateur du site.


Son Facebook : clique ici 

Son instagram : clique ici

Son Youtube : clique ici 

Son linkedIn : clique ici 

Ses formations : clique ici 


Prendre RDV pour une consultation en ligne : clique ici 

Comments


HD_FOND-TRANSPARENT_LOGO-JUST-NATURO-NOUVEAU-(3).png
bottom of page