Coronavirus et immunité, quel rôle pour la naturopathie ?




Le COVID19 est un virus pour lequel la médecine conventionnelle n’a pour le moment pas de traitement.


La naturopathie, qui a pour vocation avant tout d’accompagner l’organisme en moment de faiblesse, et le renforcer en prévention, peut-elle agir sur le renforcement de l’immunité dans le cadre du coronavirus ?


La Naturopathie est avant tout une médecine de prévention dont l’objectif est de rétablir l’équilibre biologique de l’organisme (l’homéostasie) lui permettant de retrouver sa capacité naturelle d’autoguérison.

Comment ?


En ayant un terrain le plus sain possible, une force vitale optimale et un mental apaisé.

Je vous donne ici quelques conseils généraux et de bon sens pour mettre toutes les chances de votre côté pour passer au travers du virus. Néanmoins l’idéal est de consulter un naturopathe pour avoir des conseils individualisés afin de mettre en place une hygiène de vie adaptée et au long cours.


1) Avoir un sommeil suffisant et de qualité.


Le sommeil est indispensable pour recharger ses batteries nerveuses et glandulaires pour faire face aux agressions de toutes sortes.


– Mangez léger le soir et le plus tôt possible en évitant les protéines au dîner (les prévoir plutôt le matin ou à midi) afin d’avoir digéré avant le coucher.


– Essayez de vous coucher 1h plus tôt et évitez les écrans 1 à 2h avant. On dit que les heures de sommeil avant minuit comptent double !


– Veillez à avoir une chambre propre, rangée et aérée quotidiennement.


Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à faire une sieste (15 à 20 minutes maximum) ou des temps calmes dans la journée.


– Des plantes en tisane (2h avant le coucher pour éviter de se lever la nuit pour aller aux toilettes) aident à apaiser le système nerveux et donc favorisent le sommeil: tilleul, mélisse, marjolaine, fleur d’oranger, lavande, camomille… Vous pouvez également diffuser de l’huile essentielle de lavande pendant quelques minutes dans la chambre ou inhaler directement au flacon au moment du coucher.


2) Donnez à notre corps tous les nutriments et vitamines dont il a besoin pour bien fonctionner.


Cela passe par une alimentation vivante et majoritairement végétarienne. Prévoir toujours une part de cru dans votre assiette et faites le plein de fruits et de légumes frais, de qualité biologique et de bons gras (huile de lin pour les oméga 3 anti-inflammatoires et d’olive de 1ère pression à froid, avocats, oléagineux…).


Choisir de bonnes protéines comme les oeufs bio si possible labelisés bleu-blanc-coeur pour leur richesse en oméga 3, les graines germées, les algues, les petits poissons gras (riches en oméga3) comme la sardine, maquereaux, chinchard…


Limitez fortement, voire supprimer, les graisses animales, margarines, fritures, sucres raffinés, le gluten, produits industriels.


Favorisez les aliments riches en Vitamine C indispensable pour le bon fonctionnement du système immunitaire: kiwi, persil, agrumes (citron, oranges, clémentine…), poivron, brocoli, choux, cassis, acérola, épinards… A consommer cru de préférence (les vitamines sont détruites dès 45 degrés !).


Les produits de la ruches sont excellents pour booster l’immunité: pollen frais (en barquette surgelées dans les magasins bio), propolis et gelée royale.


Égayez vos plats avec des épices et herbes aromatiques: persil, thym, ail, oignon, gingembre, curcuma, poivre, cannelle, origan etc…


3) 70% du système immunitaire se trouve dans nos intestins.


On veillera donc à les chouchouter.


Tout comme il est important de bien s’alimenter, il est indispensable de bien éliminer. Une selle par jour c’est le minimum ! Si ce n’est pas les cas, vous pouvez faire une cure de psyllium (mucilage doux qui aide au transit sans agresser la paroi intestinale) que l’on trouve en magasin bio, boire suffisamment d’une eau faiblement minéralisée (Mont Roucous, Montcalm, Rosée de la reine…) ou boire des tisanes de plantes laxatives douces comme la mauve, l’hibiscus, guimauve ou plus fortes comme l’écorce de bourdaine.


Consommer quotidiennement des aliments riches en pro-biotiques comme les légumes facto-fermentés, le kéfir ou kombucha.


Si vous avez un extracteur, faites vous des jus de légumes verts riches en chlorophylle qui purifient les intestins et renforcent l’activité gastrique.


Si vous avez assez de vitalité (un naturopathe saura l’évaluer si besoin), vous pouvez profiter du confinement pour faire une monodiète de pomme pendant 24h.


Vous pouvez également faire une cure de pro-biotiques. Le laboratoire COPMED propose un symbiotique (pré et pro biotiques) qui contribue à l’équilibre de immunité intestinale : « PROBIOTIQUES IMMUNITE » avec mon code praticien : A94393 à préciser lors de la commande.


4) Bougez et allez au contact de la nature.




La meilleure des détox c’est l’exercice physique. Il n’est pas encore interdit de sortir dehors donc profitez pour marcher, courir, faire du vélo, bref bougez.


Exposez-vous au soleil autant que possible et sans les lunettes. Le soleil permet à synthèse de la vitamine D indispensable au bon fonctionnement de notre métabolisme. On dit même qu’il s’agit d’une hormone plus que d’une vitamine tellement son champs d’action est important.


Même en extérieur garder vos distances, évitez les lieux où il y a beaucoup de monde.


Si confinement il doit y avoir, dans ce cas faites des exercices chez vous : mettez de la musique et dansez, on trouve beaucoup de cours de yoga sur youtube (j’aime beaucoup la chaine YogaCoaching d’Ariane et c’est gratuit !), ou des exercices de renforcement musculaire (squats, fentes, planche, pompes…)


5) Restez zen.





Le stress et les émotions négatives affaiblissent considérablement le système immunitaire.


Alors préservez-vous du stress ambiant.


Evitez de regarder ou d’écouter les informations en boucle. Une fois par jour suffit pour se tenir informer.

Profitez pour vous mettre à la méditation. Il existe plein d’applications gratuites pour débuter comme Petit Bambou, Namatata, Respirelax pour la cohérence cardiaque… Sortez vous promener dans la nature (un parc même à Paris fait du bien ! Encore une fois, respecter les consignes et gardez vos distances avec les autres personnes).


L’exercice physique là encore permet de se vider la tête et de retrouver la sérénité.


Chouchoutez-vous : bain chaud, massages, activités artistiques, musique…


6) En compléments :


Certains compléments alimentaires peuvent vous aider à soutenir votre système immunitaires (à condition que les règles de base d’une hygiène saine soient respectées !) :


– L’échinacée est une plante excellente pour stimuler les défenses immunitaires. Attention, elle est contre-indiquée pour les personnes souffrant de maladies auto-immunes. GRANUPHYTOL IMMUNITE du laboratoire COPMED contient de l’échinacée mais aussi de la vitamine D, du thym, du romarin, de l’ail… Pratique, on prend juste 1 stick par semaine ! Code praticien : A94393 à préciser lors de la commande.


Extrait de pépin de pamplemousse de la marque CitroBiotic que l’on trouve facilement en magasin bio est très bien. Attention, le pamplemousse peut interférer sur la bonne assimilation du médicament et en inhiber ou en minimiser l’action. Renseignez vous auprès de votre médecin traitant. L’EPP est notamment déconseillé en cas de prise d’immunodépresseurs, statines (molécules anti-cholestérol) et de traitements contre les troubles cardiaques. De manière générale, il est déconseillé de consommer de l’extrait de pépins de pamplemousse durant tout traitement médicamenteux.


Les huiles essentielles* sont intéressantes :


HE de Ravintsara est antivirale surtout pour les voies respiratoires, anti-infectieuses et elle renforce l’immunité. En friction sur la face interne du poignet pure ou diluée dans une huile végétale, en massage sur le buste ou le dos diluée dans une huile végétale. Il est aussi possible de les utiliser en olfaction (on prend quelques inspirations au-dessus du flacon). HE de Niaouli agit sur les bronches encombrées et favorise l’immunité. HE d’Origan compact : agit également sur les infections bactériennes et virales et sur les immunités faibles.


*Attention: les huiles essentielles sont contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitante et chez les enfants. Dans tous les cas demandez conseil à votre naturopathe ou aromatologue.


Je le répète, ces produits sont des compléments, donc comme le nom l’indique ça vient en complément d’une hygiène de vie saine. En aucun cas ils n’ont pour vocation de « guérir » et ne doivent jamais remplacer un traitement prescrit par un médecin !!!


Le tulsi est une plante à prendre en infusion ou en gélule, très efficace pour soutenir et renforcer les immunité fragiles ou sur-sollicitées. Vous pouvez vous en procurez ici chez Vidya.


7) Suivre les recommandations des autorités en matière d’hygiène et de sécurité pour éviter la propagation du virus.


Je ne vais pas revenir là dessus car toutes les informations sont largement diffusées mais votre meilleur allié reste le SAVON pour le lavage des mains régulier.


8) Concernant les anti-inflammatoires :


Ces dernières heures, les autorités de santé ont alerté sur la prise d’anti-inflammatoires qui pourraient aggraver l’infection due au COVID19. N’arrêtez pas un traitement en cours sans l’avis de votre médecin traitant. Cependant, il est vivement conseillé d’éviter toute auto-médication.


Voici la liste complète des médicaments contenant des AINS selon le Vidal (Source: lefigaro.fr). En premier est indiqué le nom de la molécule, reprise pour les génériques, et entre parenthèses le nom commercial.


Attention, cette liste inclus des produits prescrits pour des pathologies chroniques, ils ne DOIVENT PAS être arrêtés sans avis médical :


acéclofénac (Cartrex) acide méfénamique (Ponstyl) acide niflumique (Nifluril) acide tiaprofénique (Flanid, Surgam) alminoprofène (Minalfène) célécoxib (Celebrex) dexkétoprofène (Enantyum) diclofénac (Flector, Voltarène) étodolac (Lodine) étoricoxib (Arcoxia) fénoprofène (Nalgésic) flurbiprofène (Antadys, Cebutid) ibuprofène (Advil, Antarène, Brufen, Hémagène, Ibupradoll, Intralgis, Nurofen, Nureflex, Spedifen, Spifen, Upfen) kétoprofène (Profénid, Ketum, Toprec) méloxicam (Mobic) nabumétone (Nabucox) naproxène (Alevetabs, Antalnox, Apranax, Naprosyne) piroxicam (Brexin, Cycladol, Feldène, Zofora) sulindac (Arthrocine)- ténoxicam (Tilcotil) etc…


Ces médicaments sont loin d’être inoffensifs mais sont largement utilisés pour soulager des douleurs du quotidien: mal de tête, règles douloureuses, endométriose, arthrose…


L’inflammation est une réaction normale du corps pour se défendre d’une agression.


L’inflammation se caractérise par :


une douleur, pour nous avertir que quelque chose ne va pas, une rougeur liée à un afflux de sang qui amène localement les globules blancs défenseurs de l’organisme, une chaleur : La hausse de la température locale (tout comme la fièvre au global) permet de tuer les pathogènes, l’œdème: afflux de liquides participant aux défenses de l’organismes, et en comprimant les nerfs va induire la douleur.


Pour nous naturopathe, il parait évident de ne pas bloquer ce phénomène naturel de défense de l’organisme par de la médication chimique. Là encore des méthodes naturelles peuvent vous soulager et éviter la prise des ces médicaments :


- Eviter les aliments pro-inflammatoires (viandes rouges, laitages, gluten, sucres), une monodiète ou un jeûne (si votre vitalité le permet) peuvent aider.

- Les oméga 3 sont anti-inflammatoires (huile de lin, cameline bio de première pression à froid, les graines de lin moulues, petits poissons gras, œufs labellisés bleu-blanc-coeur, le curcuma associé au poivre…)

- bouillotte chaude sur les zones douloureuses (ça marche très bien pour les douleurs lors des règles par exemple).

- Le froid soulage également les inflammations (uniquement à utiliser sur un corps chaud). Testez pour voir ce qui vous convient le mieux, le chaud décontracte et relaxe tandis que le froid dynamise et renforce l’activité du système neuro-glandulaire).

- 1 goutte d’huile essentielle de menthe poivrée sur les tempes peut soulager d’un mal de tête, un bain de pieds bien chaud également par exemple. Demandez conseil à un naturopathe pour votre problématique particulière.

Article écrit par Monica Vaz, naturopathe et rédactrice chez Juste Naturo.


Son site

Son instagram

Son facebook


Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @juste_naturo

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube