La cure d'argile verte : une panacée universelle et ancestrale !!!

Mis à jour : oct. 14


Cela fait plusieurs années maintenant que j'utilise l'argile verte en externe et en interne, en cure ou en cataplasme. Et je dois bien reconnaitre qu'elle est incroyable cette argile qui guérit (cf : le livre de Raymond Dextreit, la bible en la matière).

L'argile verte est une panacée que j'adore utiliser pour libérer mon système digestif, l'apaiser et le soutenir, notamment lors des périodes de fêtes où les repas de famille se succèdent à un rythme soutenu !


Elle possède le triple effet de venir :

  1. décongestionner notre sphère digestive,

  2. faciliter notre digestion par son action sur la mécanique du péristaltisme,

  3. nettoyer nos organes digestifs et nos liquides superficiels des déchets qu'ils accumulent par toutes les pollutions du monde moderne !

Aujourd'hui, je vais vous parler de cette mère-veilleuse aide de la nature, que nos anciens connaissaient très bien et qu'ils usitaient régulièrement !

Manger de l'argile (géophagie) : une pratique ancestrale ?

L'argile verte, que l'on a redécouvert en France grâce au formidable travail de Raymond Dextreit, qui a particulièrement développé son utilisation en externe, c'est à dire en cataplasme, est une pratique très ancienne, que l'on retrouve dans toutes les traditions et médecines ancestrales, partout dans le monde !

Elle est d'ailleurs encore aujourd'hui utilisée comme l'un des premiers supports de santé et de prévention au sein des sociétés et des peuples qui vivent selon les traditions anciennes, proches de la nature.

" Chez les peuples traditionnels, l’ingestion journalière d’argile est importante : 60 g par jour en moyenne pour un adulte, 150 g ou même 300 g par jour dans certaines circonstances. Les plus grands consommateurs sont les femmes en état de grossesse et… Les jeunes garçons en âge prépubertaire, probablement parce qu’ils ont un besoin accru en minéraux pour préparer leur poussée de croissance." Jade Allègre pour le magazine Alternativesanté.fr

Médecin, anthropologue et naturopathe, Jade Allègre a relancé le débat sur l'utilisation de l'argile et l'a crédibilisé au sein de la sphère scientifique, là où Dextreit s'est pris 7 procès de "justification" par l'ordre des médecins. Jade lui donna crédibilité, tout d'abord grâce à sa thèse de médecine de fin d'étude, puis par ses travaux, ses voyages et l'expérience qu'elle retire de ses années à côtoyer les peuples de la forêt, de la savane et de la nature !


Elle travaille aujourd'hui avec les scientifiques du monde entier, partageant avec joie ses connaissances et sa pratique.


Au sein de l'hôpital Necker à Paris, elle a par exemple effectué une riche collaboration avec un médecin chef de service sur les cas d'enfants séropositifs atteints de crysptosporidiose (maladie grave causée par un parasite). Pour contrer les essaimages, elle a fait prendre l'argile toutes les 04h00 aux enfants, afin de rattraper les parasites avant qu'ils n’aillent se nicher dans d'autres cellules. Le médecin a été tellement époustouflé par les résultats sur ses petits patients qu’il a proposé à l’Assistance Publique de monter un protocole de recherche utilisant son travail.


L'argile, bien avant Jade ou Raymond, était très utilisée par les rois de France pour les prémunir d'empoisonnement ou d'intoxication. Avant eux, nos druides rappelaient que l'argile était naturellement bonne pour l'organisme, mais qu'il ne fallait jamais avoir une consommation dépassant le poids de son corps au cours d'une vie.

Si je vous reparle de l'argile aujourd'hui, c'est qu'à mon sens elle est un puissant allié du corps dans la recherche de sa santé... Je vais écrire tout haut ce que je pense tout bas : l'argile peut en toute évidence remplacer un certain nombre de médicaments aujourd'hui prescrits pour tout un tas de symptômes, notamment digestifs : Lire l'article sur l'argile et les soucis digestifs ici.


L'argile, un agent protecteur et nettoyant

Elle agit sur l'inflammation, notamment sur les facteurs 7 et 12 de la coagulation, elle vient protéger la muqueuse digestive, de la bouche à l'anus. Elle va balayer les déchets solubles en substance et les envoyer avec les selles dans la cuvette. Elle a également une action de déparasitage sur les vermines, vers, mycoses et micro-organismes pathogènes, se multipliant dans la lumière digestive.


Elle peut même récupérer les poisons passés dans le sang et elle joue directement, par effet de polarité, sur les organes plus lointains, comme les reins.

Elle est antiseptique, cicatrisante et je la conseille fortement dans le cadre des nausées.



Elle est également reminéralisante :

" Les argiles contiennent de nombreux éléments utiles, voire essentiels, tels que le cuivre, le zinc, le cobalt, le chrome, le manganèse, le fer, le sélénium, etc. L’apport de ces minéraux contribuent à un apport de minéraux utiles à l’organisme. Cela est possible par des cures d’argile répétées (ce n’est pas un simple verre qui va reminéraliser. Tout comme la déminéralisation, la reminéralisation est un long processus), et une hygiène de vie adéquate (revoir alimentation, stress, exercice physique, etc)."

Sarah Juhasz - Naturopathe



C'est anecdotique, mais je ne pars jamais en voyage sans mon argile et je me rappelle en avoir pris tous les jours sur un mois lors d'un trip en Inde. Je n'avais d'ailleurs fait aucun vaccin, car des médecins de mon entourage n'y sont pas pour et leurs arguments me parlent (c'est un autre débat). Finalement, je fus le seul de mes amis à ne pas avoir fini à l'hôpital pour grave intoxication alimentaire... Je prenais 2 à 3 fois/ jour deux bonnes cuillères à soupe dans un demi verre d'eau que je laissai reposer de 15 minutes à quelques heures en fonction de mes possibilités... Une le matin/midi et une le soir !

J'étais le seul à faire mon marché et à manger cru mes fruits et mes légumes frais, les lavant parfois avec l'eau du robinet. Mais je n'ai jamais était incommodé, et j'avais également un transit au top.


La constipation du voyageur ou la tourista habituelle (surtout fréquente en Asie) ne m'a jamais effleuré en Inde grâce à mon argile !


L'argile, un antipoison naturel et particulièrement efficace

Dans cet article écrit avec Jade, elle me raconta cette histoire au sujet de l'argile :


" En 1581, les médecins du royaume voulaient vraiment vérifier les capacités anti-poison de l'argile. Alors ils ont proposé à un condamné à mort d'avoir la vie sauve à condition de bien vouloir servir de cobaye ! Cette expérience a été effectuée devant huissier : les médecins n’y sont pas allés de main morte : ils ont donné 11 fois la dose mortelle de mercure au pauvre homme... Et le condamné a survécu ! L'huissier a consigné dans son rapport – dans le langage de l'époque - que le supplicié "fut fort vexé et tourmenté", c'est à dire qu'il s'était pas mal tortillé, "mais il fut rendu à sa famille en bonne santé". Ce qui est frappant aussi, dans cette expérience, c’est qu'ils n’ont donné l'argile (3 grammes dans un peu de vieux vin) qu’après la prise du mercure. C'est génial car cela prouve que l'argile, même une fois le poison passé dans le sang, parvient encore à le récupérer ! "


Encore pour Alternative santé, Jade nous dit que :

" Les argiles sont des antipoisons très efficaces. Elles enlèvent du bol alimentaire la plupart des produits chimiques et des toxiques lorsqu’ils sont ionisés avec une charge positive ou amphotère. Il ne faut donc pas les boire à proximité d’une prise de médicament mais le plus loin possible de celle-ci et, au strict minimum, à deux heures de distance, même s’il ne s’agit que de granules homéopathiques ou de plantes médicinales. "


Pour le magazine bio contact n°21, Jade revient sur la notion anti-poison de l'argile :

" Les poisons chimiques sont captés et inactivés facilement lorsqu’ils sont ionisés positivement ou portent à la fois des charges positives et négatives, dans une moindre mesure lorsqu’ils sont ionisés négativement. C’est pourquoi, dans les nappes phréatiques, il reste des nitrates, malgré le filtrage à travers les sols agricoles, qui contiennent en moyenne 15 % d’argiles. De nos jours, les agriculteurs des pays pauvres se suicident en buvant du paraquat, un herbicide extrêmement toxique. Le seul traitement qui puisse les sauver est l’argile (sous le terme de « terre à foulon » dans les livres médicaux). Car, tout en restant dans le tube digestif, celle-ci parvient à récupérer le poison, même lorsqu’il est déjà passé dans le sang, par un phénomène dénommé dialyse intestinale. La même efficacité a été démontrée pour l’arsenic, ainsi que pour la strychnine, la fameuse « mort-aux-rats ».


La cure d'argile : durée et contre-indications

Il est souvent dit dans les articles, ou même écrit dans les livres sur le sujet, qu'il ne faudrait point dépasser 3 semaines de temps pour une cure. Rien est plus faux et il suffit de s'écouter. C'est l'intuition qui prime avant tout. Frustré de ma première cure de 3 semaines, je décidai de réaliser la deuxième sur un temps plus long, en écoutant mes ressentis et les besoins de mon corps. Et bien, ce n'est pas loin de 4 mois de cure revigorante que je fis ! C'est ce que conseille Jade Allègre, ce qui l'oppose aux écrits de Raymond Dextreit qui mit un certain nombre de recommandations et de contre-indications au sujet de la cure d'argile dans le seul but de se protéger d'un énième procès... Aujourd'hui les choses changent, nous voyons de plus en plus les médias traditionnels, les hôpitaux et les individuels, pratiquaient et valorisaient les pratiques traditionnelles de santé, comme l'argile, mais aussi le jeûne ou encore la méditation...


L'argile m'appelait et je la sentais agir en moi à la manière d'une sage sorcière, abhorrant tout mon être, le renforçant... Elle me permit de réaliser une transition difficile de fumeur "régulier" à non fumeur, de consommateur impulsif de pâtisserie à un homme conscient des besoins et des capacités de son organisme qui sait dire stop !

Bref, l'argile agit clairement sur nos émotions, elle ne nettoie pas que le corps physique. D'ailleurs j'ai une collègue naturopathe qui organise des week-ends jeûne-sec qui se terminent par la consommation d'un verre d'argile. Son expérience lui amena à constater que le jeûne sec, plus que celui à l'eau, fait remonter un certain nombre d'émotions, parfois anciennes, non digérées, et que l'argile a la capacité de relaxer les peurs qui refont surface et les angoisses qui s'évacuent.

Pour revenir sur les contre-indications, Jade Allègre et tout(e)s celles et ceux qui pratiquent l'argile savent qu'ils ne faut clairement pas tout prendre au pied de la lettre concernant les mesures préconisées par Raymond.

Je vais citer Jade Allègre sur deux d'entres-elles :


1. Dans les cas de tension sanguine élevée, l'argile n’est-elle pas déconseillée ?

" Au contraire, c'est une erreur de Raymond Dextreit (Dextreit est un hygiéniste français qui a popularisé l'argile en France pour la santé). Il connaissait magnifiquement bien l'argile en externe, mais n’a pas eu le temps de l’étudier en interne. Donc par exemple, la cure des 21 jours qu’il propose est trop courte, et la contre-indication pour la tension est erronée... Il m'a dit lui même personnellement qu'il avait ajouté cette contre indication parce qu’il avait déja eu 7 procès au sujet de l'argile en externe, et voulait se protéger désormais en mettant un maximum de contre-indications pour l’argile interne. Pour revenir à la tension, l'argile ne pose pas de problème, au contraire ! Car elle « remet les réglages d'usine », elle aide notre corps à revenir au réglage optimal, donc si tu as trop de tension, ou si tu n’en a pas assez, elle va te guérir ! "

2. Pourquoi l'argile constipe-t-elle certaines personnes ?

" Parce que leurs intestins sont malades, alors l'argile s'arrête dans la lumière digestive (tube digestif de la bouche à l'anus) et ils seront constipés en début de cure. Pourquoi ? Parce que leurs intestins sont dans un état épouvantable : alors quand l'argile arrive, elle se bloque dedans pour pouvoir les soigner ! À ce moment-là, il ne faut surtout pas prendre de laxatif(s) car l'argile est en train de bosser pour le corps. On arrête seulement la prise d'argile jusqu’à ce que le transit reprenne, puis on recommence la cure ! Il faut lui faire confiance ! L’argile sait ce qu’elle fait ! "

Enfin, pour la manière de la consommer, encore une fois je lis trop souvent qu'il ne faudrait boire que l'eau d'argile, c'est à dire l'eau uniquement en gardant l'argile reposée au fond... Encore une fois cette méthode peut être intéressante pour donner une eau ionisée et dynamisée, mais n'a rien de percutante dans le cadre d'une cure d'argile (santé) ! Si vous voulez vous nettoyer ou guérir vos tissus digestifs, améliorer votre digestion dans le cadre d'une bonne hygiène de vie ou baisser vos inflammations, vous dépolluer... L'eau d'argile ne sert à rien ! Il faut mélanger et boire le tout (ce que nous appelons le lait d'argile).


La cure d'argile : posologie, ustensiles et procédé


Pour les ustensiles, c'est simple, vous pouvez prendre des cuillères en bois ou en plastique, mais pas en métal ! De même pour le contenant, pas de métal qui risquerait de dépolariser l'argile !

Ensuite, pour la posologie, là aussi écoutez votre intuition, c'est elle qui vous dira quoi faire !

Généralement, je conseille de prendre au moins l'équivalent de 2 cuillères à café ou une cuillère à soupe et d'augmenter ou de réduire la consommation en fonction des envies.

L'idéal reste de prendre l'argile le soir juste avant de dormir, sur une période de 3 semaines au minimum.


Après on s'arrêtera quand notre corps nous dira stop, par des oublis répétés ou simplement par lassitude, une envie de changement.

L'argile sera verte, blanche, ou même rouge. Vous prendrez celle qui vous attire le plus, même si je conseille fortement la verte pour son action complète. Elle sera bio, 100% naturelle, surfine et/ou ultra-ventilée, chauffée par le soleil.

Le process est le suivant :

1) Prendre d'une cuillère à café jusqu'à 4 cuillères à soupe à déposer dans un verre d'eau de source, la veille au soir ou le matin pour le soir.

2) Ne pas remuer, laisser l'argile se déposer au fond du verre.

3) Utiliser uniquement une cuillère en bois ou en plastique (une cuillère en métal dépolariserait l'argile et on ne veut pas).

4) Remuer l'argile le matin en se levant et boire le tout à jeun ou à distance du dernier repas.

5) Observer les réactions de son corps et adapter en fonction la dose (qui peut augmenter ou diminuer).

6) Adopter une hygiène de vie responsable et en accord avec les possibilités de notre corps pour soutenir le travail de l'argile.

Autres articles au sujet de l'argile

=> Et si je mangeais un peu d'argile pour régler mes-soucis digestifs ? => Toutes les questions que vous vous posez sur l'argile : interview de la spécialiste mondiale, docteur et naturopathe, Jade Allègre

Article écrit par Adrien Ruet, naturopathe et fondateur du site.


Son facebook : https://www.facebook.com/justenaturo/

Son instagram : https://www.instagram.com/juste_naturo/

Son youtube : https://www.youtube.com/channel/UCSR9uoB4dNDG_qBR3ku754w?view_as=subscriber

LES PROGRAMMES EN LIGNE DE JUSTE NATURO

Les vidéos YouTube

Témoignages de consultation

( + de 60 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube