Yoga de la nutrition : 7 clefs simples pour commencer dès votre prochain repas !

Mis à jour : mai 4



Nous avons trois occasions par jour en moyenne pour le pratiquer et pas besoin d’un tapis ou de la flexibilité d’un Hanumanasana… nos repas suffisent.

Le yoga de la nutrition nous apprend à manger avec plus de conscience (« en conscience » étant l’objectif).

Regardons d’un peu plus près les habitudes de l’Homme moderne que nous sommes pour comprendre en quoi le Hrani yoga peut améliorer considérablement notre hygiène de vie.

C’est parti !


Environnement bruyant, de dispute, inconfortable et/ou d’être pressé, en colère, anxieux, en mauvaise compagnie mais aussi potentiellement debout, en marche, au téléphone ou sur nos ordinateurs qui finissent par recevoir des miettes en tout genre, les repas ne sont pas toujours de tout repos. Manger peut devenir une action mécanique, plus ou moins consciemment stressante. Tellement mécanique qu’il peut nous arriver de manger sans avoir véritablement faim… et là, c’est la fin des haricots.

Or la digestion et l’assimilation des nutriments peuvent être très perturbées par notre environnement et état de stress lors du repas (blocages nerveux, glandulaires, création de toxines, mauvaise assimilation, problèmes d’évacuation / détoxification…).


« Oui mais tant qu’on mange sainement ça va non ? … et puis « que ton aliment soit ton seul médicament » nous disait Hippocrate ». VRAI mais, c’est ici que le bât blesse car même avec la meilleure des alimentations les troubles causés par l’environnement, la façon de manger et état émotionnel persistent. Aïe !

Mauvaises habitudes de prise de repas et alimentaires peuvent mener à des carences incluant celles qui sont énergétiques. Ce n’est pas pour rien que nous sommes nombreux à avoir des coups de pompe après les repas.

C’est ici qu’intervient le Yoga de la Nutrition, le Hrani yoga.

Il nous permet de façon simple, quotidienne et via des règles qui s’apparentent à l’hygiénisme naturopathique de :

- Optimiser notre digestion, assimilation, et retirer le maximum de bienfaits des aliments,

- Préserver et même étendre notre énergie,

- Être un peu plus en pleine conscience chaque jour et donc parmi les nombreux bienfaits : être moins stressé, voir et améliorer la gestion de nos émotions,

  • Les 7 clés pour commencer :


1. ​Avoir faim : ce qui veut aussi dire être à l’écoute de son corps, des sensations et émotions.

L’hygiéniste Albert Mosséri écrit et ajoute : « La faim est une manifestation normale du corps, et toutes les fonctions normales du corps procurent du plaisir. L’appétit est une fausse faim. La vraie faim ne s’accompagne d’aucun symptôme, on n’a pas mal à la tête, ni aucun malaise. Les idées sont claires, l’esprit lucide, on est optimiste, heureux, tranquille, serein. » [1]

Il est aussi important d’avoir un peu faim à la fin du repas ce qui permettra de ne pas se sentir trop lourd. Et si vous êtes forcé de finir votre assiette par bienséance, sachez qu’en Chine cette dernière veut que l’on ne la termine pas : tout est question de point de vue.

2. Mastiquer le plus possible : au-delà de nous aider à prendre le temps et ne pas brutaliser nos organes digestifs. De plus, la ptyaline (ou amylase salivaire) qui est une enzyme contenue dans la salive a des propriétés étonnantes sur certains processus inflammatoires et dégénératifs.


3. Jouer au roi du silence :


Nous sommes à table, un ange passe et le malaise s’installe ou à l’inverse tout souvenir de bon moment autour de la table sera synonyme de discussions, rires, musiques. Et il est vrai que partager son repas avec quelqu’un que l’on apprécie est bénéfique.

Mais le silence peut l’être tout autant ! Essayer un repas en silence par semaine, et pour commencer, est très accessible. Il ne s’agit pas d’une pratique de moine mais d’une technique qui nous permettra de ressentir un sentiment de paix et ce tout au long de la journée même si celle-ci est chargée. Il suffira de couper le cours de nos actions, se concentrer quelques secondes sur nous même pour ressentir cet état de bien-être selon Omraam Mikhael Aivanhov, auteur de « Yoga of Nutrition » [2]. Magique !


4. Respirer :

La respiration, tout comme l’alimentation, nous nourrit, supporte la circulation si elle passe par le diaphragme et nous permet de detoxifier l’organisme. Elle supportera la digestion de par la combustion qu’elle va apporter.

Plus simplement, elle nous permet de vivre (les aficionados du yoga connaissent le prana qui est la respiration et aussi le souffle de la vie pour les Hindous). On ne peut s’en passer plus de quelques minutes et elle est la seule fonction qui peut se faire de manière consciente et inconsciente. Ici il faut juste de ne pas oublier de respirer ! (Le stress peut souvent prendre le pas sur ça, sans que l’on s’en rende vraiment compte).

En Naturopathie, il est considéré que six grandes et lentes respirations, profondes, mobilisant l'abdomen, les reins, et les flancs, et non seulement les côtes et le sternum, pratiquées consciemment, six fois par jour feraient partie d'une hygiène vitale quotidienne.

Parmi les bienfaits, on trouve : régulation nerveuse, meilleur contrôle émotionnel, meilleur sommeil, meilleure digestion, meilleur transit intestinal, meilleur tonus, ...et une pensée plus sereine.


5. Privilégier une alimentation principalement végétale, crue, biologique si possible, variée, équilibrée en quantité, avec le moins possible d’aliments/ingrédients raffinés, transformés, chimiques la constituant, donc qualitative.

L’objectif est de ne pas intoxiquer notre organisme, lui apporter ce dont il a besoin (vitamines, minéraux, enzymes…) et ne pas aggraver les carences que nous sommes beaucoup à avoir du fait de notre mode de vie moderne. Il sera aussi important, pour compléter par une « petite touche naturo », de regarder les associations alimentaires.


6. Regarder son assiette (son sandwich ou son bol selon les styles et les envies !) :

Prendre le temps de jeter un œil à ce que nous mangeons est essentiel pour ralentir mais aussi pour se préparer à ce festin et cadeaux quotidien. D’abord avec les yeux puis peut-être aussi via les odeurs, le toucher puis finalement avec nos papilles. Tous nos sens nous nourrissent, ça serait dommage de profiter qu’en de ce qui est à notre disposition, nous éveille et nous procure du bien-être.

​7. Prendre 10 minutes après le repas :

Fermer les yeux, sentir cette sensation d’après repas agréable et se faire un cadeau de 10 minutes pour en profiter. 10 minutes de plénitude cadeau trois fois par jour, moi je signe tout de suite !

Namaste.


https://www.hygienisme.org/fichiers/lepetitguidededecouvertedelhygienisme.pdf [1] Mosseri Albert, Le petit guide de découverte de l’hygienisme,

[2] Omraam Mikhael Aivanhov, The Yoga of Nutrition, Izvor Collections,


Article écrit par Alexia, 10 ans d’expérience en digital marketing & e-commerce, 8 ans de vie en Chine, actuellement en reconversion professionnelle / entrepreneuriale, future naturopathe et professeure de yoga.

Ses actus : www.instagram.com/_alexia_michel_/

Son e-mail : alexiaforthegood@gmail.com.

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube