La spiruline : aliment santé exceptionnel, bienfaits et contre-indications

Mis à jour : mars 26



On nous parle beaucoup de la spiruline, aujourd'hui à la mode et disponible partout. Cette algue spiralée est faible en calorie et possède une grande quantité de protéines, de caroténoïdes et de phycocyanines (des antioxydants). Elle devint populaire en occident dans les années 70, mais est déjà utilisée abondamment par les peuples traditionnels d'Amérique centrale au 13e siècle, notamment chez les Incas et les Aztèques. Elle fut découverte par les européens lors de la "conquête" des Amériques. On l'a considère comme un super aliment aux multiples vertus...


Petit tour d'horizon !


Qu'est-ce que la spiruline ?


La spiruline est une algue qui appartient à la famille des cyanobactéries, ou "algues bleu-verts" qui pousse à la surface des eaux douces chaudes d'Afrique, Asie du Sud et d'Amérique latine.



De son joli nom scientifique d'"Arthrospira Platensis", la spiruline est apparue sur terre il y'a plus de 3,5 milliards d'années. Elle est utilisée depuis des milliers d'années par les peuples primitifs des régions d'Inde, du Tchad ou encore du Mexique, où elle pousse naturellement.


Les incas également en consommaient beaucoup, à tel point qu'elle était considérée comme l'aliment des Dieux.

Une anecdote cocasse nous raconte que l'empereur aztèque Montézuma aimait manger du poisson. Mais vivant à 290 km de la côte la plus proche, il lui était difficile d'en avoir du frais... Cela était sans compter sur la prouesse de coureurs, de véritables marathoniens, dont la tâche était d'aller chercher le poisson et de le ramener le plus vite possible à Montézuma. Ils pouvaient courir plusieurs centaines de km/j et la spiruline était une part essentielle de leur alimentation, qu'ils emportaient dans leurs gourdes et qui apportait énergie et endurance.


Aujourd'hui elle est encore l'une des principales sources de protéines des Kanembous (peuple du centre-nord de l'Afrique).


La seule consommation française dépasse les 250 tonnes/an... C'est énorme ! Pour répondre à la demande, la production s'est industrialisée et provient à plus de 80% de fermes d'Inde, de Chine ou des États-unis.


Quelle est la composition de la spiruline ?


Il faut garder à l'esprit que si la spiruline consommée est produite de manière industrielle, alors sa composition en sera forcément atteinte et dénaturée, sa richesse nutritive s'en trouvera forcément affaiblie. De là, nous comprenons que la composition de la spiruline dépend des conditions de culture, de la période de la récole, de son origine géographique, des procédés de broyage, de séchage et de conditionnement.


Nous pouvons néanmoins dire que la spiruline est composée de :

  • 70% de protéines

  • 20% de glucides

  • 5% de lipides

  • 7% de minéraux

  • 3 à 6% d'eau

Voilà ce qui en fait un "super-aliment" : sa grande composition en protéines et, somme toute, une bonne répartition des lipides, glucides, minéraux...


À noter pour les végétaliens que la spiruline apporte finalement peu de protéines face aux recommandations de l'OMS qui préconise un apport minimal de 0,57g/kg/j, ce qui représente 42,75g pour un adulte de 75kg. Je souligne également que la spiruline n'est pas une source fiable de vitamine B12. Elle ne remplace donc pas la consommation de bonnes protéines "complètes".


Par contre, la spiruline fait office d'un formidable outil à la malnutrition !


La spiruline, ce super aliment face à la malnutrition !


Sa richesse nutritionnelle en fait un outil de choix de nos ONG, gouvernements et instances internationales... À tel point qu'en 1974 l'ONU a étiqueté la spiruline comme "meilleure nourriture du futur".


Sa composition en acides aminés essentiels est supérieure à la plupart des aliments. On a une proportion des acides aminés et une digestibilité optimale : soit de 2,5 g à 3,5 g de protéines par 5 g de poudre.


L'IIMSAM (service intergouvernemental pour l'usage de la spiruline contre la malnutrition) a été crée par l'OMS dans cette direction. On est quand même sur du lourd là ! La Nasa réfléchit également à la cultiver... C'est peu dire que la spiruline intéresse et les ONG sont passées à l'action. Par exemple, l'association humanitaire Codegaz a investi dans des fermes de spiruline à Madagascar et au Burkina-Faso.


Le vert de la spiruline : chlorophylle et phycoccyanine

Sa couleur verte lui est donnée par sa riche composition en chlorophylle. Et c'est une bonne nouvelle pour notre santé, car le noyau de la chlorophylle est semblable à la structure de nos globules rouges, ce qui permet à la spiruline ingérée de naturellement attirer à elle les élément toxiques présents dans notre sang.


La spiruline détoxifie le sang !

Le deuxième composé dont je voulais vous parler est la phycocyanine : pigment que l'on trouve en abondance dans la spiruline et actuellement utilisé à des fins médicales en remplacement de certains traitements pharmaceutiques. C'est un antioxydant catégorisé comme puissant et particulièrement efficace sur le nettoyage des cellules, la purification de l'organisme et l'amélioration des performances physiques (1).


Quels sont les effets biologiques de la spiruline ?


(Merci à l'excellente thèse du dr. Audrey Manet qui m'a permis de construire cette partie) (2)


Effet hypocholestérolémiant :


180.000 décès en France/ an dus aux maladies cardiovasculaires. Certains facteurs à risque marqués et connus peuvent être prévenus grâce à la spiruline. Des essais prometteurs ont permis de mettre en lumière son action sur les lipides plasmatiques, cholestérol total, HDL et LDL.


Son effet hypolipémiant est le résultat de sa riche composition en phycocyanine qui permet au niveau de l'iléon d'augmenter la réabsorption des acides biliaires (3). Ou encore, elle régule la tension artérielle et la production de cholestérol grâce à l'action d'un de ses acides : l'acide y-linoléique qui est un précurseur des prostaglandines dont la PGE1.

Effets hypoglycémiant :


Les scientifiques japonais (qui je trouve sont largement sortis du moyen-âge scientiste matérialiste dans lequel nous évoluons péniblement encore en France en 2020) se sont intéressés à la spiruline dès les années 1980 (4).


Ils se sont aperçus qu'elle permettait de diminuer la glycémie. On ne sait pas encore comment mais les faits sont-là. Il semblerait que l'acide y-linoléique joue un rôle essentiel chez le diabétique car il permet de ralentir les effets secondaires de la maladie. Autre hypothèse : nous savons que la spiruline réduit la production des interleukines (protéines de la réaction immunitaire), ce qui inhiberait la cascade de réactions des récepteurs qui transportent le glucose du sang aux muscles... Ce qui potentiellement diminuerait la glycémie à la prise de spiruline.


Effet sur l'anémie ferriprive :


L'anémie est la dénomination d'un état symptôme marqué par un taux d'hémoglobine inférieur aux valeurs normales selon l'âge et le sexe. Elle est la conséquence d'une carence en fer, ou en vitamine E, B12 ou encore B9, avec les symptômes que l'on lui connait... Symptômes lié à l'alimentation, des états d'inflammation, la grossesse...


En 1998, des études sur les rats (5) montrent que le taux d'hémoglobine remonte après prise de spiruline.


Effet préventif contre le cancer :

" En France, le nombre de cancer a augmenté de 63% durant ces 20 dernières années (BEH, n°41-42 du 21 octobre 2003), selon l’institut national du cancer, un homme sur deux et une femme sur trois seront touchés par cette maladie et il est responsable d’un décès sur trois chez l’homme et d’un sur quatre chez la femme.


La composition de la spiruline apporte des effets anti-cancéreux. Par exemple, ses antioxydants, ses polysaccarides (qui améliorent l'activité enzymatique des endonuléases qui protègent l'ADN), son calcium-spirulan qui empêche l'adhésion tumorale (6).

" La spiruline totale est chimio préventive contre la carcinogenèse mammaire induite par le 30mg/kg de DMBA (diméthylbenz[a]anthracène chez le rat, avec une réduction de l’incidence des tumeurs passant de 87 à 13% dans le groupe spiruline + DMBA en réduisant l’expression de ki-67 (qui est un marqueur de prolifération cellulaire) et des œstrogènes, résultats à approfondir chez des femmes ayant des risques de cancers du sein familiaux. "

Une étude indienne réalisée en 1995 sur 77 patients atteints de leucoplasie (lésion précancéreuse orale), un peu à l'arrache, ni randomisée ni en double aveugle, observe dans 45% des cas une régression complète de la leucoplasie après 1 année de supplémentation à 1g de spiruline/j. Après 1 an d'arrêt thérapeutique, les lésions étaient revenues (7).


Renforcement du système immunitaire :


Notre système immunitaire est le garant de l'élimination de tous les composés qui se baladent en nous étant reconnus du "non-soi". Il existe 2 réponses immunitaires : l'immunité acquise et l'immunité innée. Notre système immunitaire se trouve partout dans notre organisme et est particulièrement disponible au sein de notre lumière digestive. Cette immunité est facilement stimulable par notre alimentation.


La prise de spiruline barre la route de l'asthénie en apportant les nutriments qu'il faut, stimule le thymus en augmentant la production de nouvelles cellules sanguines, améliore l'activité phagocytaire des macrophages (qui viennent manger ce qui est dead, polluant ou malade).


Recherches issues de la thèse du dr Audrey Manet :

- " Les enfants de la région de Tchernobyl après l’explosion du réacteur nucléaire immunodéprimés et anémiés suite aux radiations de la moelle osseuse, après 45 jours de spiruline à raison de 5 g/j, voient leurs taux de lymphocytes T normalisés et le système immunitaire renforcé contrairement aux enfants qui n’en n’ont pas pris. - 78 coréens de 60 à 87 ans qui ont participé à une étude randomisée en double aveugle 8 g de spiruline/ jour vs placebo pendant 4 mois, une amélioration du profil immunitaire (augmentation de IL-2 et une réduction de IL-6) a été observée (8). - 58 femmes atteintes du VIH et non traitées par antirétroviraux ont participé à une étude en double aveugle 5 g de spiruline/j pendant 3 mois vs un équivalent en protéines et énergie ne contenant pas les vitamines et minéraux de la spiruline. La prise de 5 g de spiruline n’affecte ni la charge virale ni le nombre de CD4, donc n’a aucun effet clinique ni activité immunologique sur le VIH mais elle a un effet sur la réduction des

événements concomitants (anorexie, fatigue, nausées, vomissements, toux, douleurs abdominales, diarrhée, constipation), avec moins d’infections opportunistes et un effet stabilisant sur la perte de poids. Or ce sont ces affections opportunistes qui indiquent la vulnérabilité et qui font passer du stade VIH au stade SIDA puis au décès. Une étude serait nécessaire sur l’incidence de la spiruline sur le temps entre la séroconversion et initiation du traitement antirétroviral pour voir si la diminution des événements concomitants retarde la mise en place de la multi-thérapie. - 12 hommes ont participé à une étude randomisée en double aveugle, 50ml d'extrait de spiruline vs placebo pendant 8 semaines, les auteurs ont mesurés le taux de cellules NK, de IL-12 et 18 avant et après 1, 2, 4 et 8 semaines. La spiruline améliore le statut immunitaire en stimulant la sécrétion d’IL-12 par les cellules myélodïdes, et en augmentant la production d'interféron-γ par les cellules NK (9). - 40 personnes de plus de 50 ans ont pris 3 g de spiruline par jour pendant 3 mois, le nombre de globules blancs a augmenté surtout chez les personnes les plus âgées (46). De plus l'enzyme IDO exprimée par les cellules immunitaires (B, macrophages, dendritiques), et qui indique le statut immunitaire est augmentée pour plus de la moitié des participants. La spiruline améliore donc l’immunosénescence (10). "

Effet antiviral :


En 1989, des scientifiques de la faculté de médecine d'Harvard ont démontré que de faibles quantités d'extraits de spiruline ont une action virale in vitro permettant de réduire la réplication virale du VIH, et à de plus fortes concentrations interrompent totalement la réplication, en empêchant la pénétration du virus dans la membrane cellulaire.


Une autre étude montre que la spiruline agit sur le virus d'Epstein-Barr en inhibant le cycle lytique qui permet la libération des virions (11).


Effet chélateur de métaux lourds :


Hydroxyde d'aluminium, l'arsenic, le cadmium, mercure comme adjuvant de certains vaccins, mercure inorganiques dans les plombages dentaires, eau du robinet chargée en plomb ou aluminium, cosmétiques contenant du plomb ou de l'aluminium... Leur exposition chronique est de plus en plus mises en cause dans les maladies neurodégénératives comme Alzheimer, sclérose en plaque, parkinson... Les toxicités rénales, hépatiques, neuronales aux conséquences cancérigènes.

Par exemple, le corps n'a aucun moyen d'éliminer le mercure qui s'accumule tout le long de la vie. Pour l'éliminer, il utilise un processus physico-chimique : la chélation ! Ce processus consiste à former un complexe avec le metal pour l'éliminer dans un second temps !


C'est grâce à la phycocyanine et aux flavanoïdes que la spiruline chélate les métaux lourds.


Recherches issues de la thèse du dr Audrey Manet :

- " Sur l'arsenic : Au Bangladesh, la spiruline est utilisée pour limiter l’empoisonnement à l’arsenic présent dans l’eau des puits nouvellement construits, arsenic qui crée des intoxications chroniques car absorbé quotidiennement. Une étude a été menée, étude en double aveugle sur 41 patients : 17 recevaient un placebo, et 24 patients recevaient 250 mg d’extrait de spiruline et 2 mg de zinc deux fois par jour pendant 16 semaines. De plus, un filtre avait été installé au niveau des ménages sur les arrivées d’eau afin de stopper la contamination. L’efficacité a été évaluée par les changements des manifestations cliniques au niveau de la peau et aussi sur les concentrations urinaires et dans les cheveux des taux d’arsenic. Les résultats montrent qu'avec la spiruline et le zinc il y a une forte augmentation de l'excrétion urinaire de l'arsenic (138 ± 43,6 μg/l). La spiruline enlève 47 % de l'arsenic présent dans les cheveux. De plus, les scores cliniques pour la mélanose et la kératose sont significativement diminués (p<0,05) après avoir été traités par le mélange spiruline + zinc. Ainsi le traitement pendant 16 semaines à base de spiruline et de zinc est bénéfique dans l’empoisonnement chronique à l’arsenic sur la mélanose et la kératose, deux manifestations cliniques de l'intoxication par l'arsenic (12). "


Quelle spiruline choisir ?


Je propose celle de Vidya Ayurveda : ici


Quelles contre-indications et précautions ?


  • Les personnes qui souffrent de phénylcétonurie car elle contient de la phénylalanine.

  • Chez d'autres personnes, elle peut entrainer des maux de tête ou des troubles gastro-intestinaux au début d'une cure, surtout si les dosages de départ sont trop élevés (détox).


Indications :


On commence par 1gr/j durant la première semaine de la cure, puis on augmente graduellement.

Sources :


(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4879233/

(2) https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01346709/document

(3) Dr Dupire J. (2011). La spiruline un super aliment. 151p

(4) Hills C. (1980) The secrets of Spirulina Medical Discoveries Of the Japanese Doctors.

(5) Chamorro G, Salazar M, et coll. (2002) Actualización en la farmacología de Spirulina (Arthrospira), un alimento no convencional. Arch Latinoam Nutr. 52 : 232-40.

(6) Ismail MF, Ali DA, Fernando A, et coll. (2009) Chemoprevention of rat liver toxicity and carcinogenesis by Spirulina. Int J Biol Sci. 5 :377-87.

(7) Houston M .(2002) The Potential Application of Spirulina (Arthrospira) as a Nutritional and Therapeutic Supplement in Health Management. Disponible sur: http://biomatsa.com/uploads/spirulinareprintJANA.pdf (dernière consultation le 19 oct 2015)

(8) Park HJ, Lee YJ et coll. (2008) A randomized double-blind, placebo-controlled study to establish the effects of spirulina in elderly Koreans. Ann Nutr Metab.52 : 322-8

(9) Hirahashi T, Matsumoto M, Hazeki K, Saeki Y, Ui M, Seya T (2002). Activation of the human innate immune system by Spirulina: augmentation of interferon production and NK cytotoxicity by oral administration of hot water extract of Spirulina platensis. Int Immunopharmacol. p.423-34.

(10) Selmi C, Leung PS, et coll. (2011) The effects of Spirulina on anemia and immune function in senior citizens. Cell Mol Immunol. 8 : 248-54.

(11) Inhibitory activities of microalgal extracts against Epstein-Barr virus DNA release

from lymphoblastoid cells. Disponible sur: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21528487 dernière consultation le 4 avril 2016.

(12) Misbahuddin M, Islam AZMM,et coll. (2006) Efficacy of spirulina extract plus zinc in patients of chronic arsenic poisoning: a randomized placebo-controlled study. Clin Toxicol Phila Pa. 44 : 135-41.

Article écrit par Adrien, naturopathe, fondateur et directeur de publication de Juste Naturo


Son Facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

LES PROGRAMMES EN LIGNE DE JUSTE NATURO

  • YouTube - Cercle blanc

Clique icI pour les vidéos YouTube

Témoignages de consultation

( + de 60 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • LinkedIn - Black Circle
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube