top of page

Les articles

Accompagner l'anémie par la naturopathie


L'anémie est un trouble de la santé déterminé par un taux anormalement bas d'hémoglobine dans le sang et désigne donc une diminution de la capacité du sang à transporter l'oxygène nécessaire à la production d'énergie des cellules. Elle est souvent caractérisée par une pâleur de la peau, fatigue et accélération du rythme cardiaque, essoufflement plus grand à l'effort, étourdissement, intolérance à l'effort, dans les cas d'anémies plus profondes.


Elle touche 25% de la population mondiale selon l'oms (1) et davantage les femmes que les hommes.


L'hémoglobine qu'est-ce que c'est ?


C'est une protéine complexe (2) synthétisée dans la moelle osseuse que l'on trouve en grande quantité dans les globules rouges, qui en sont majoritairement composés, qui fixe le fer et qui transporte l'oxygène de nos poumons à nos cellules et qui favorise le transport du gaz carbonique de nos tissus à nos poumons.
















Quand est-on en anémie ?


On est en "anémie" lorsque le taux d'hémoglobine est inférieur à :


- 130g/l de sang chez l'homme

- 120g/l chez la femme (hors grossesse)


Quels sont les différents types d'anémie ?

  1. L'anémie centrale : C'est une déficience de la production de globules rouges par la moelle osseuse.

  2. L'anémie périphérique : C'est une perte des globules rouges par fuite ou par destruction.


Les causes de l'anémie centrale :

  • anémie ferriprive : par carence en fer qui toucherait plus de 50% des personnes atteintes d'anémie

  • anémie par carence vitaminique : par carence en B9 (ou acide folique) ou B12 (anémie mégaloblastique)

  • anémie aplasique : dysfonctionnement dans la production des globules rouges et de l'hémoglobine dans la moelle osseuse

Les différentes causes de l'anéme périphérique :

  • anémie hémorragique : par hémorragie (règles hémorragiques, fibromes utérins, ulcérations digestives, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, maladies urologiques avec hématurie ...)

  • anémie hémolytique : par destruction des globules rouges (anémie médicamenteuse, drépanocytose, thalassémie, anémie hémolytique auto-immune, chimiothérapie...)


Comment accompagner l'anémie avec la naturopathie ?


Tout va dépendre des causes de l'anémie, souvent multiples.


1. Gérer les éventuelles carences alimentaires


Dans un premier temps on va s'assurer qu'il n'y a pas de carences (analyses sanguines si nécessaire) dans l'alimentation et soutenir les sources nutritionnelles indispensables à la bonne vie de l'hémoglobine :


- vitamines B9 (épinard, graines de lin, brocolis, laitue romaine, betterave cuite, choux de Bruxelles, jus d'orange, noix et noisettes...)

- vitamine B12 (huitres, maquereaux, moules, truites, fromages, oeufs durs...)

- le fer (rognons d'agneau, spiruline, haricots blancs et rouges, lentilles, boudin cuit, épinards...)


Si une carence est déterminée avec une alimentation adéquate, il faut chercher du côté de la bonne absorption intestinale et aller regarder du côté d'inflammations possibles ou encore d'un état de congestion de l'organisme. En fonction de ce que vous dit votre médecin ou votre naturopathe, vous pouvez aussi vous supplémenter afin de soutenir l'organisme en B12, B9 et fer (granions de fer, les algues comme la spiruline, bisglycinate de fer, homéopathie : prendre Ferrum Metallicum 5 ou 9 CH (5 granules par jour pendant 2 mois), le jus de betterave à froid).


Également une carence en vitamine C peut entrainer une mauvaise absorption du fer, donc ne pas hésiter à se supplémenter en vitamine C liposomale ou acérola et manger des fruits riches en vitamines C (oranges, kiwis, fraises...).



2. Gérer les inflammations


Les hémorragies sont les grandes responsables de l'anémie ferriprive (et des carences par augmentation des malabsorptions intestinales si elles sont digestives).


L'hygiène de vie peut vraiment soutenir la guérison des phénomènes inflammatoires et les prévenir en agissant sur leurs causes.


Tout d'abord, si les inflammations sont digestives, Il va falloir travailler sur les causes qui entrainent l'inflammation (alimentation, stress, sédentarité...) et pallier avec différents outils de cicatrisation et de soutien du système digestif comme l'argilothérapie, la diététique, l'aloe vera, le ghee, le psyllium blond etc...


Ensuite, si les inflammations sont par exemple localisées sur la sphère génitale féminine (règles hémorragiques, fibromes utérins...), il faudra agir dessus de la même manière, en comprenant que les règles agissent comme émonctoire qui soutient les autres (foie, reins, poumons et la peau). Certaines plantes comme la bourse à pasteur sont utilisées pour leurs propriétés anti-hémorragiques.


3. L'insuffisance rénale : une cause possible de l'anémie


La fabrication de l'hémoglobine se fait au niveau de la moelle osseuse et pourra être inhibée par déficit en érythropoïétine par insuffisance rénale (hormone fabriquée par les reins qui active la moelle osseuse).


Les reins ont pour mission de filtrer le sang afin de maintenir l'homéostasie de l'organisme. L'urine, en gros c'est du sang filtré.


L'alimentation est primordiale (ni alcool, ni café, ni sucre industriel, ni cigarette...), le jeûne intermittent peut aider, éviter la surconsommation de protéine animale etc...


4. Attention aux causes iatrogènes


Certains médicaments peuvent bloquer l'absorption de la B9, comme le Dilantin ou le méthotrexate. D'autres encore peuvent entrainer des saignements internes comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les anticoagulants.

 

Sources :

 

Article écrit par Adrien Ruet, praticien naturopathe, fondateur et directeur de publication de Juste Naturo & formateur en école de naturopathie.


Son Facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

3 889 vues
Transp-Small-(2000-widthx1948-height).png