top of page

Les articles

3 plantes utilisées en naturopathie qui soutiennent la digestion : mélisse, fenouil et artichaut



La mélisse : la plante qui détend l'esprit et le corps


On est sur une plante herbacée d'origine méditerranéenne que j'utilise en consultation aussi bien pour les désordres digestifs qu'un stress de fond avec agitation et troubles du sommeil associés. Également pour les mycoses et l'herpes labial (ou bouton de fièvre) en huile essentielle. Son aspect immunitaire et antivirale fut découvert officiellement en 1978 par des chercheurs allemands !


Les médecins grecs nous en parlent, Hippocrate aussi pour soulager les troubles digestifs, et plus tard les médecins arabes qui vont étendre la compréhension et l'utilisation des différents spectres de la plante à usage de la santé. Je pense avec nostalgie (je ne sais pas trop pourquoi je ressens cela car je n'y suis jamais allé) aux moines de la Chartreuse qui l'utilisaient dans leurs liqueurs (cf les fameux élixirs de longue vie).


Comme quoi, hop on utilise l'utile à l'agréable.



La science médicale actuelle reconnait également ses vertus santé. L'agence européenne des médicaments (EMA) reconnait l'usage traditionnel pour les troubles gastro-intestinaux légers avec ballonnements et flatulences grâce à son action antispasmodique (1 et 2). On utilise la mélisse pour soulager les coliques (douleurs liées au spasmes) et les spasmes, également dans la prévention des ulcères digestifs.


On va utiliser la mélisse, souvent en synergie avec une autre plante, et tout dépendra de l'objectif de son utilisation (digestif, stress...).


Traditionnellement utilisée pour les nausées dans le cadre de la grossesse, la science actuelle ne connait pas suffisamment ses effets dans ce cadre et par précaution n'est pas conseillée.


Le fenouil : la plante chaude du système digestif



Je n'en parle pas souvent, et pourtant c'est une de mes plantes digestives préférées. Son petit goût anisé, son côté astringent, sa légère note sucrée, en font un plaisir en cure. Comme le bon vin, le bon fenouil séché relève de l'art gustatif. On utilise traditionnellement en herboristerie les "graines" et les feuilles séchées du fenouil pour les préparations (infusion et teinture mère).


Riche en anti-oxydants, sodium, vitamine E et B9, des minéraux comme le potassium, le calcium, le magnesium, et même du fer, y'a pas à dire, le fenouil est riche de composition.


Le fenouil est carminatif (stimule les sécrétions biliaires et salivaires + augmente la motilité intestinale) pour l'augmentation de l'appétit en cas de perte ou de manque + baisse la production de gaz.


Il est aussi antidyspeptique (il agit sur les douleurs et malaises épigastriques et du duodénum) en cas de sensation douloureuse et inconfort dans la zone de l'abdomen (ballonnement, tiraillement, brûlure...) + antispasmodique, agissant sur les crampes intestinales. On peut également le préconiser dans le cadre des colites (inflammation du côlon) avec symptôme comme diarrhée and co et les coliques infantiles. (3)


C'est une plante chaude qui stimule et réveille la digestion !


Il existe des contre-indications importantes :


  • À très forte dose, il y'a risque d'épilepsie.

  • On ne dépasse pas les 7gr/j pour la femme enceinte et plus de 2 semaines d'affilées.

  • Vivement déconseillé dans les cancers hormone-dépendants (les graines contiennent des phyto-oestrogènes).

  • Déconseillé aux personnes sensibles ou allergiques à l'anethol, cumin, céleri, coriandre, anis verts, aneth, camomille et ambroisie : si sensation de brûlure lèvre, langue, gorge : stopper la cure.

  • Ne pas utiliser l'HE chez la femme enceinte.

Dans tous les cas, prévoir un rdv avec son naturopathe, son phytothérapeute ou son médecin pour l'utilisation des plantes médicales, sous une forme ou une autre.



L'artichaut, la plante amère



L'artichaut en infusion est amère et astringent, autant dire que tout le monde n'aime pas. Avec le fenouil, cela passe mieux et il m'arrive d'avoir des retours intéressants en consultation sur son utilisation.


Il est riche en magnesium, calcium, B9 (...). Les grecs et les romains le faisaient importer pour ses vertus digestives et pour traiter les troubles du foie.


On l'utilise traditionnellement pour stimuler le foie et soutenir les désordres digestifs ayant pour cause une déficience de sécrétion de bile.


D'ailleurs, je l'utilise souvent en consultation pour venir stimuler et protéger le foie grâce à son action cholérétique (stimule la sécrétion de bile(4)) et hépatoprotectrice au travers de deux de ses composés présents dans ses feuilles : la cynarine (polyphénol qui permet la sécrétion de bile et qu'on utilise sur des extraits normalisés à un minimum de 5%) et la silymarine (développée plus bas).


Ici, on a le double effet de venir soutenir la digestion et favoriser le nettoyage du foie car la bile piège certaines toxines et prédispose à l'émulsion des graisses dès le duodénum (première jonction de l'intestin grêle). Je rappelle que le foie est le chef d'orchestre des organes d'élimination, il est important de le soutenir régulièrement.


La silymarine (un flavonoïde complexe) est un mélange de substances (la silybine, la silychristine et la silydiamine). En 1989, la Commission Européenne approuve l'usage de l'extrait normalisé à 70-80% de silymarine (renforçant l'imperméabilité des membranes du foie aux toxiques absorbés) dans les cas d'intoxication hépatique, d'hépatite ou de cirrhose.


Aussi, les études tendent à prouver que l'artichaut est utile dans la régénération du foie en stimulant la croissance de nouveaux tissus hépatiques (5).


L'artichaut dispose également d'un prébiotique naturel, l'inuline, qui vient nourrir les bactéries positives de la lumière digestive (commes les bifidobactéries) qui l'utilisent par exemple dans la synthèse des nutriments (6).


Contre-indications :


L'artichaut est vivement déconseillé dans le cadre d'une obstruction des voies biliaires et aux personnes allergiques aux plantes de la famille de composées.

 

Sources :


  1. Shakeri, A.; Sahebkar, A.; Javadi, B. Melissa officinalis L.—A review of its traditional uses, phytochemistry and pharmacology. J. Ethnopharm. 2016, 188, 204–228.

  2. Aubert P, Guinobert I, Blondeau C, et al Basal and Spasmolytic Effects of a Hydroethanolic Leaf Extract of Melissa officinalis L. on Intestinal Motility: An Ex Vivo Study. J Med Food. 2019 ; 22 (7) : 653-662.

  3. Marco Valussi : Functional foods with digestion-enhancing properties. International Journal of Food Sciences and Nutrition Volume 63, 2012 – Issue sup1, 2011.

  4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26310198/

  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4771653/

  6. https://www.unboundmedicine.com/medline/citation/15960982/Molecular_properties_and_prebiotic_effect_of_inulin_obtained_from_artichoke__Cynara_scolymus_L___

 

Article écrit par Adrien Ruet, praticien naturopathe, fondateur de Juste Naturo & formateur.


Son Facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

831 vues

Comments


HD_FOND-TRANSPARENT_LOGO-JUST-NATURO-NOUVEAU-(3).png
bottom of page