top of page

Les articles

Guérir des jambes lourdes et gonflées : symptomatologie et naturopathie



Le syndrome des jambes lourdes et enflées/gonflées représente aujourd'hui un vrai défit de santé et touche de plus en plus de personnes, essentiellement des femmes, jusqu'à 70%, le taux d'incidence augmentant avec l'âge (1).


Globalement, le syndrome des jambes lourdes est la conséquence d'un oedème, c'est à dire l'infiltration entre les cellules et les tissus des jambes sous la peau par des liquides (enflures) par insuffisance veineuse (les veines des jambes ne renvoient plus efficacement le sang vers le cœur par dysfonctionnement des valvules : petits clapets des veines qui empêchent le sang de refluer). En gros, les jambes gonflées sont le signe d'une stagnation des liquides par rétention d'eau, de sang et de lymphe, au niveau des membres inférieurs causée par une insuffisance veineuse, elle même étant le résultat causé par différents co-facteurs sous-jacents.


En naturopathie, nous voyons les jambes lourdes et gonflées comme étant le symptôme d'une congestion de l'organisme par encrassement des organes émonctoires (les organes de traitement et d'élimination des déchets), souvent causé par une hygiène de vie inadaptée aux capacités et aux besoins de l'organisme sur un terrain génétique prédisposé à l'insuffisance veineuse. L'hygiène de vie, le stress, une alimentation inadaptée, le manque d'activité physique, tout cela peut prédisposer aux jambes lourdes et gonflées. Il existe également un facteur hormonal, via le cycle féminin, la grossesse, le stress...



Dans tous les cas, la naturopathie répond très bien à ce type de symptôme et le facteur héréditaire, parfois perçu comme insurmontable ou comme "responsable" chez certains, ne résiste pas à une hygiène de vie adaptée. Notre corps est formidable, et quand nous allons dans son sens, quand nous lui apportons ce dont il a besoin, les choses s'améliorent toujours !


Si vous pensez avoir une insuffisance veineuse, une échographie des veines (l'échodoppler) vous permettra d'avoir un état en direct de la circulation sanguine au niveau de vos jambes.



Signes et symptômes :


Qui a du mal a enfiler ses chaussures ? Les pieds qui enflent ? Qui a mal aux jambes lors de la marche ? Des crampes la nuit ? Sensation de chaleur au niveau des jambes ? Des impatiences ou des fourmillements ? Des gonflements des jambes ? Des varices ?


Les symptômes des jambes lourdes sont souvent plus intenses en fin de journée, concernent les deux jambes de manière uniforme, et sont également plus susceptibles de se manifester dans les jours qui précèdent les règles chez les femmes.


Ces symptômes, si ils sont chroniques dans les années, peuvent être le signe d'une difficulté du système cardio-vasculaire à fonctionner normalement et représentent le début des maladies veineuses chroniques. Cela commence par de la rétention d'eau, par insuffisance veineuse avec toute sa myriade de symptômes allant des varices des jambes (signe le plus fréquent des difficultés de circulation veineuse) avec potentialité d'autres complications comme les phlébites (ou thrombose veineuse) lorsque la difficulté veineuse est localisée sur une jambe, les oedèmes permanents (lorsque le système lymphatique n'arrive plus à soutenir le système vasculaire) aux troubles de la peau avec eczéma au niveau des varices, les ulcères variqueux...


Eczéma et naturopathie, guérir de manière naturelle : clique ici pour lire l'article.

Quelles sont les causes à l'origine des jambes lourdes ?


Il existe différentes causes, différentes origines possibles, au coeur du syndrome des jambes lourdes :


- l'insuffisance veineuse : les veines sont trop dilatées de manière chronique et n'assurent plus en totalité leur rôle de pompe vers le coeur. Également, elles réabsorbent moins bien l'eau.

- la rétention d'eau : lorsque l'eau est insuffisamment réabsorbée par les vaisseaux sanguins.

- l'hérédité : ici il y'a une prédisposition, mais vraiment c'est gérable !

- la grossesse : compression du poids sur les veines des membres inférieurs, surtout vers le troisième trimestre. Mais aussi lié aux facteurs endocriniens : les surrénales en grossesse produisent de manière plus importante l'aldostérone et le cortisol qui participent à la rétention d'eau + sécrétion de progestérone (hormone sexuelle) qui entraine une dilatation des vaisseaux sanguins, en particulier au niveau des jambes.

- les périodes menstruelles : après l'ovulation, dans la deuxième partie du cycle menstruelle jusqu'à l'arrivée des règles, l'organisme sécrète la progestérone : dilatation des vaisseaux sanguins avec une plus grande difficulté de l'organisme à charrier le sang vers le coeur.

- la température extérieure : la chaleur provoque une dilatation des veines.

- la sédentarité

- le surpoids et l'obésité : augmentation de la pression au niveau des jambes.

- difficultés rénales : ici on va avoir de gros oedèmes lorsque les reins ne filtrent plus assez les liquides de l'organisme.

- difficultés hépatiques : surtout dans les maladies du foie (cirrhose, l'hémochromatose ou la maladie de Wilson), mais aussi lorsque par exemple l'alimentation est inadaptée aux besoins du corps et que le sang commence à être moins bien filtré par état de fatigue, d'encrassement ou de congestion.

- troubles cardiaques : par perte de la force musculaire du coeur.

- congestion lymphatique : lorsqu'il y'a insuffisance veineuse, le tissu lymphatique compense, jusqu'à un certain point de mesure. Si le système lymphatique est lui-même congestionné en amont par un état d'encrassement organique (hygiène de vie, stress, manque de mouvement...) : les jambes lourdes peuvent apparaitre.

- alimentation inadaptée : Il faut chercher à éviter les sels raffinés, les plats industriels qui en ont beaucoup, les produits sucrés industriels, les vins et la cigarette qui augmentent les risques de complication veineuse. La consommation de bonnes protéines doit être suffisante pour aider l'organisme à bien réabsorber l'eau (dans les cas de jambes gonflées par mauvaise rétention).

- les contraceptions hormonales : effets négatifs sur les veines des jambes.

- un état de constipation digestive : une constipation entrainant une dilatation du colon peut amoindrir le retour du sang au niveau du petit bassin et influer sur la circulation des liquides des jambes.


Agir en prévention !


Agir uniquement de manière anti-symptomatique revient à ne pas régler les désordres qui créent les symptômes. Dans un premier temps, il est intéressant d'agir sur les 2 tableaux, en travaillant l'hygiène de vie (clique ici pour lire l'article) et en cherchant à apaiser les symptômes.


Je conseille de commencer par l'alimentation, en favorisant des produits au maximum bruts, naturels, frais et locaux, sans pesticides, et en évitant les aliments industriels comportants des sels raffinés.


Plus notre alimentation est naturelle et bien digérée par notre corps, et moins nos liquides seront pollués par les pollutions exogènes et les résidus des mauvaises digestions. Plus notre alimentation sera fraiche et plus nos digestions seront facilitées et plus nous augmentons la charge des éléments vivants (nutriments) que nous assimilons.


Si la digestion est difficile, voici quelques articles qui peuvent venir vous aider :

  • Article : Savoir se nourrir pour vivre bien : clique ici.

  • Article : La constipation, physiologie, hygiénisme et remèdes naturels : clique ici.

  • Article : L'hyperperméabilité intestinale en cause dans les maladies chroniques et auto-immunes : clique ici.

  • Article : Le charbon végétal : remède très efficace sur les intoxications et ballonnements digestifs : clique ici.

  • Article : Crohn et guérison totale : clique ici.

  • Article : Le gel d'ale vera, ses bienfaits sur le système digestif : clique ici.

  • Article : Le psyllium blond, le super allié des intestins : clique ici.

  • Article : Argile verte pour soulager les soucis digestifs : clique ici.

  • Article : Le vinaigre de cidre, remède de grand mère : clique ici.

  • Article : Kéfir, kombucha, fermentation alimentaire : clique ici.

  • Article : Ce que vos selles révèlent sur vous : clique ici.

  • Article : Transit perturbé et mauvaises associations alimentaires : clique ici.

Assurez-vous bien d'apporter assez de bonnes protéines à votre alimentation (0,7gr à 1gr/kg/jour). Un manque de protéine dans notre alimentation quotidienne favorise la rétention d'eau. Des oeufs fermiers, du bon poisson gras ou encore dans les céréales, les légumineuses, les graines germées, les oléagineux... Chez certaine personne, les protéines végétales seront mal digérées -> congestion digestive -> ralentissement de l'activité du foie -> sang chargé en déchets -> facteur aggravant l'insuffisance veineuse.


On peut chercher à favoriser les aliments drainants (concombre, brocoli, artichaut, melon, ananas...) et on vient favoriser les aliments riches en vitamines E et P, A et C. La vitamine E participe à la protection du système vasculaire, la vitamine P réduit la perméabilité capillaire, les vitamines A et C favorisent la neutralisation des radicaux libres par activité anti-oxydante. On vient favoriser la prise des baies et fruits rouges (myrtille sauvage, canneberge, raisin rouge, cassis...) qui sont veinotoniques.


L'ail (clique ici pour lire l'article) et l'oignon peuvent aider, car il facilitent la fluidification du sang. Nos matières grasses doivent être de bonne qualité et on doit venir chercher à favoriser les oméga 3 animaux ou végétaux (huile de lin, poissons gras, avocats...). Bien s'assurer que les huiles végétales soient de première pression à froid.

Ensuite, vient le mouvement, vital pour le bien être des réseaux des capillaires et la circulation des liquides : marcher 30 minutes à une heure par jour, faire du vélo, courir si le corps le permet, la pratique du yoga (etc...), et finalement mettre en place toute pratique sportive ou physique permettant de faire bouger les liquides du corps tout en augmentant sa chaleur interne. Idéalement marcher ou pratiquer une activité physique quotidiennement.



Chaque pratique de mouvement viendra améliorer la circulation sanguine. Si vous avez une structure proche de chez vous à disposition, l'aquabiking est très indiqué. On vient masser les jambes au contact de l'eau (par pression) tout en produisant un effort sur les tissus des jambes, en mobilisant l'activité des capillaires par contraction musculaire. Tout cela vient favoriser le retour du sang vers le coeur et mettra en mouvement le sang qui stagne (jambes lourdes = sang qui stagne).


Une fois que l'hygiène alimentaire et l'hygiène physique ont été fixées, nous venons mobiliser les organes émonctoires. Une fois fait, le praticien naturopathe va chercher à bouger plus fortement les liquides du corps en direction des organes émonctoires : c'est la cure d'élimination.


Il est souhaitable de venir protéger son foie (plantes hépatoprotectrices, cholagogues, cholérétiques, cataplasmes à l'huile de ricin, cure d'argile, jeûne intermittent...).


En "traitement de fond", la gemmothérapie semble porter ses fruits. Une cure sur 1 mois à 2 mois de bourgeons de marronnier (tonique veineux, anti-inflammatoire), châtaignier (draineur lymphatique) ou sorbier (tonificateur de la paroi veineuse).

L'eau froide, c'est tellement Naturo ! En préventif et en curatif quand le corps souffre, elle vient soulager et renforcer l'activité des veines par vasoconstriction du système vasculaire. On applique toujours du froid sur un corps chaud (soit après vasodilatation), après un bain, une douche, après avoir fait l'amour, du vélo, du running, un sauna (clique ici pour lire l'article) ... Je conseille une minute de douche glacée sur les jambes et tout le corps à la fin d'une douche plusieurs fois par semaine. Le but du jeu est que le corps se réchauffe ensuite tout seul. Si ce n'est pas le cas, venir moduler le temps ou la température jusqu'à résultat, puis venir pousser l'expérience chaque semaine, dans l'objectif de renforcer le corps et le système vasculaire selon la loi de l'hormèse (en gros, ce qui ne te tue pas te rend plus fort). Aussi, la pratique quotidienne du brossage à sec est conseillée : clique ici pour lire l'article.


En période de crise :


On peut utiliser des plantes phlébotoniques ou veinotoniques. Les plantes ne guérissent pas mais viennent soulager et renforcer les veines et la circulation sanguine. On peut utiliser en infusion le marronnier d'Inde (augmente la résistance des capillaires, circulation lymphatique, veinotonique), la vigne rouge (tonique veineux, anti-oxydante, protectrice vasculaire, vasoconstricteur, diminue la perméabilité des capillaires), l'hammamélis (veinotonique, anti-oxydante), le ginkgo biloba (vasculoprotectrice, anti-oxydant, améliore la micro-circulation artérielle), le petit houx (veinotonique, anti-inflammatoire, vasoconstricteur)... Demander l'avis du médecin pour toute personne sous anti-coagulant, ne pas utiliser pour les femmes enceintes et les spasmophiles.


En massage, nous pouvons venir soulager les jambes avec un baume composé d'HE de cyprès, menthe poivrée, lentisque pistachier... À diluer dans de l'huile végétale (à garder une semaine au frigo). Ne pas pratiquer pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans, les antécédants de cancer hormono-dépendants.



Enfin, même si il existe beaucoup d'autres outils ou "remèdes", je conseille vivement le massage lymphatique auprès d'un professionnel de santé certifié afin de venir drainer les jambes, remettre en circulation les liquides et soulager les douleurs. Les résultats sont probants.

 

Sources :

 

Article écrit par Adrien Ruet, fondateur du site Juste Naturo, praticien et formateur en Naturopathie.


Son facebook : Juste Naturo

Son instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE Naturo

1 903 vues

Comments


HD_FOND-TRANSPARENT_LOGO-JUST-NATURO-NOUVEAU-(3).png

Praticien naturopathe

ADRIEN RUET

bottom of page