Ce que vos selles révèlent sur vous !

Mis à jour : janv 14



« Comment allez-vous ? » une expression que l’on répète tous les jours qui provient d'une ancienne coutume romaine qui avait pour but de demander à son interlocuteur « Comment allez-vous ….à la selle ? » Eh oui ! On considérait qu'aller régulièrement à la selle était un signe de bonne santé !


Dans certaines médecines ancestrales, les médecins analysaient méthodiquement et sentaient les selles de leurs patients.

Ils allaient même jusqu’à les goûter !


Au Japon, ils ont même été jusqu’à inventer des WC qui analysent automatiquement vos selles après chaque passage.


Bizarre toutes ces pratiques ? Pas si sûr ! Le silence (voire le dégoût) sur cette question est généralisé et regrettable, car c'est en réalité un sujet de santé très sérieux, et qui concerne tout le monde.

En effet, nos selles nous donnent rapidement un tas d’informations sur notre état de santé.


J’admets que mettre sa tête dans la cuvette (ou le pot) pour reluquer son… caca… n’est sûrement pas la meilleure des positions. Mais la consistance, la forme, la couleur, la fréquence et l’odeur de nos selles sont des indicateurs simples et précieux...


Je vous invite dans cet article à ne plus jamais aller aux toilettes et tirer la chasse d’eau sans réfléchir, sans prendre le temps d’analyser rapidement ces petits moments quotidiens de votre vie, à ne plus passer à côté de signes simples qui vous permettraient d’avoir des informations cruciales sur votre état de santé.


Je finirai cet article en vous donnant quelques petits conseils à suivre quand vous allez aux toilettes, avant et pendant.

  • La base, le caca parfait

Comment savoir si notre selle est « normale » ou « anormale » ? Pas toujours très simple, d’autant plus que personne n’a vraiment les mêmes habitudes alimentaires. Néanmoins, il est acquis que :

- Il ne doit pas y avoir de difficulté à déféquer. Une selle devrait sortir rapidement, sans peine et sans douleur.


- Une selle parfaite devrait être plutôt : brune (ni trop claire ni trop foncée), souple (tout en gardant une forme compacte qui ne se désagrège pas), peu odorante, qui coule au fond de la cuvette, et qui ne salit que très peu l’anus.

  • Qui a-t-il dans vos selles

Dans des selles dites « équilibrées », on trouve les éléments suivants :

¾ D’EAUEau non digérée servant à mouler les selles et faciliter l’élimination

¼ D’AUTRES COMPOSEES, 1/3 de résidus alimentaires non absorbés (fibres par exemple)

1/3 de bactéries intestinales mortes

1/3 de sécrétions gastriques (bile, suc pancréatique, mucus intestinal)

  • Fréquence des selles

Le rythme d’évacuation peut être assez différent d’un individu à l’autre. Malgré tout, certaines conditions doivent être obligatoires pour parler d’évacuation saine ou de rythme normal.

En moyenne, il faudrait aller de 2 à 3 fois par jour aux toilettes pour évacuer nos selles. Je pense que je viens de choquer 90% des lecteurs.


La première évacuation devrait avoir lieu très rapidement après notre réveil (dans les 2h) si un repas équilibré a été pris le soir précédent. Si ce n’est pas le cas, cela veut dire que votre repas de la veille n’a pas été assimilé. Il se trouve donc bloqué quelque part, et il ralentit le processus de digestion de la nouvelle journée.


Dans tous les cas, évacuer au moins une fois par jour reste un signe de bonne santé.

Par contre, si vous n’évacuez pas tous les jours (par ex. uniquement 1 à 3 fois par semaine) ou à l’inverse que vous évacuez trop (+ 4 à 5 fois par jour), c’est un signe de déséquilibre qui doit vous alerter.

  • Couleurs des selles

La couleur « normale » des selles provient de pigments produits par la dégradation de l’hémoglobine du sang dans le foie, qui est ensuite excrétée dans la bile avant de finir dans l’intestin.

Une selle saine devrait avoir une couleur brunâtre, ni trop claire, ni trop foncée. La palette de brun peut être considérée comme normale.

Toutes autres couleurs vous donnent des indices sur un dysfonctionnement ou d’un dérèglement potentiel.


À noter que certaines couleurs peuvent être simplement dues à certains aliments que vous avez pu manger au préalable. Par conséquent, si vous avez par exemple une selle un peu rouge parce que vous avez bu 1L de jus de betteraves la veille ou vertes parce que vous avez mangé 10g de spiruline… pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Dans tous les cas ci-dessous, si ces anomalies persistent, il faut consulter un médecin.


Vos selles sont jaunâtres/ôcre :

Peut-être le résultat sur surconsommation de fruits ou légumes riches en pigments jaunes tels que : les abricots, poivrons jaunes, oranges, ... pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut-être dû au fait que vos selles n’ont pas eu le temps de brunir dans l'intestin et que le transit est trop rapide. Très fréquent chez les personnes souffrant de reflux-gastro-œsophagien ou simplement dû à une diarrhée.

Peut-être dû à une infection des voies biliaires ou un problème de sécrétion de bile.

Peut-être dû à une inflammation du foie (hépatite A, B ou C), voire d’une cirrhose, voire d’une jaunisse.

Peut-être dû à un syndrome de cœliaque (problème à métaboliser le gluten)

Peut-être un signal d’infection ou d’inflammation présente dans les intestins, d’autant plus si cette couleur est accompagnée de mucus dans vos selles.

Peut-être également lié à un possible parasite intestinal : le Giardia ou Giardiose


Vos selles sont rouges :

Peut-être le résultat sur surconsommation de fruits ou légumes riches en pigments rouge/rougeâtre tels que : les betteraves, autres fruits rouges, colorants alimentaires, ... pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut indiquer la présence de sang due à un saignement provenant probablement de l'intestin, du côlon, du rectum ou de l'anus (partie basse du tube digestif) particulièrement si c’est rouge vif cela indique que le sang est encore frais.

Cela pourra être :

- Hémorroïdes,

- Hémorragie intestinale (côlon ou intestin grêle) due par exemple à un ulcère intestinal, tumeur intestinale,

- Colite ulcéreuse,

- Maladie de Crohn


Vos selles sont noires :

Peut-être le résultat d'une surconsommation de produits riches en pigments noirs tels que : le charbon activé/végétal, la réglisse noire, le sous-salicylate de bismuth... Pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut-être dû à la prise de complément alimentaire contenant du fer. Pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut indiquer la présence de sang due à un saignement provenant probablement du duodénum, de l’estomac, œsophage (partie haute du tube digestif). Il s’agit de sang digéré. Elles auront une apparence de goudron (noires et collantes) et dégageront une odeur insupportable. Cela pourra être :

- Hémorragie stomacale due par exemple à un ulcère de l’estomac, tumeur de l’estomac/duodénum.


Vos selles sont vertes :

Peut-être le résultat sur surconsommation de produits riches en pigments verts ou chlorophylle tels que : Spiruline, chlorelle, orge verte etc... Ou certains légumes (choux, brocolis, épinards, etc…). Pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut-être dû à une cure de fer. Pas d’inquiétude à avoir si cela reste passager.

Peut-être dû au fait que vos selles n’ont pas eu le temps de brunir dans l'intestin et que le transit est trop rapide.

En effet, normalement la bile (verte) sécrétée par la vésicule biliaire devient jaune puis marron grâce aux diverses bactéries intestinales. Si elle reste verte, c’est que le processus ne s’est pas bien déroulé.

Ce transit rapide peut être simplement dû à une diarrhée. Bref, rien de méchant.

Dans quelques rares cas :

- Peut-être dû à un syndrome de cœliaque (problème à métaboliser le gluten).

- Peut-être dû à la maladie de Crohn.

- Peut-être dû à une intolérance à la « réglisse » à base d'anéthol. En effet, Les bonbons à la « réglisse moderne » sont en fait à base d'anéthol (huile d'anis), et non pas de réglisse naturelle. Les personnes intolérantes à l'anéthol peuvent avoir des selles vertes après sa consommation.

- Peut-être également lié à une possible bactérie intestinale.


Vos selles sont gris clair, blanches ou très claires :

Cela résulte d'un manque de sécrétion de bile par le foie (pathologie du foie ou une obstruction des voies biliaires à cause d'un calcul par exemple).

Cela peut aussi provenir d’une hépatite ou d’une cirrhose qui perturbe la sécrétion de la bile.


Vos selles sont argentées :

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il est tout à fait possible d'avoir des selles argentées. C'est un signe qui nécessite une réaction urgente et révèle un état inquiétant de votre tube digestif.

Cette couleur argentée serait plus précisément d’une couleur argent oxydée. Elle révèle :

- Un manque de bile dû à une obstruction des voies biliaires. Cela donne des selles blanches.

- Un saignement dans la partie supérieure du système gastro-intestinal, qui donne des selles noires.

- C’est la combinaison des 2 problèmes qui produit une couleur argentée caractéristique.

Vos selles sont violettes foncées :

Les selles (et urines) deviennent violette foncée lors d'une surabondance de porphyrines. Les porphyrines interviennent dans la formation de l'hémoglobine du sang. Elles se lient au fer pour former l'hème (un composé ferreux dérivé) qui permettra de transporter les gaz dans le sang.

La porphyrie est une maladie où les cellules ne se convertissent pas en hémoglobine de manière normale. Ce dysfonctionnement fait que les porphyrines perdent leur fonction initiale. Pour ne pas gêner, les porphyrines sont expulsées du corps par les selles et l'urine où on les retrouve en quantités anormalement élevées. C'est alors qu'elles prêtent aux selles et à l'urine leur couleur violette.

  • L’odeur des selles

Elles ne doivent certes pas sentir la rose, mais contrairement à ce que la majorité pense, les mauvaises odeurs ne sont pas systématiques ou normales ! D‘une manière générale, l’odeur de nos selles ne devrait pas être incommodante ou fétide. Lorsque les intestins fonctionnent bien et que le côlon fait son travail dans les meilleures conditions, les selles ne dégagent pas de fortes mauvaises odeurs.

Ce que nous mangeons va irrémédiablement avoir un impact sur l’odeur de nos selles. Par exemple, si vous avez mangé très épicé (indien), les chances sont grandes que vous le sentirez fortement aux toilettes. De même, la consommation de viande régulière produit plus d’odeur que les légumes et les bactéries intestinales produisent plusieurs substances contenant du soufre qui est principalement responsable de l’odeur.


Sont également coupables les acides gras et le scatole, produit résultant du processus naturel de dégradation d’acides aminés dans les intestins.

Vos selles peuvent donc sentir mauvais, mais toute odeur puissante, très puissante, fétide et inhabituelle doit vous alerter. La malabsorption, surtout des gras peut occasionner ce type d’odeur plus intense, donc si les symptômes persistent, consultez votre médecin.


Un réglage alimentaire pourra remettre tout cela en ordre. Il faudra alors réduire les aliments tels que : les viandes, les fromages, les produits trop gras et les sucres. Il faudra alors privilégier les fibres des légumes et des céréales pauvres en gluten (Riz, sarrasin, millet, amarante, ...).

Vous pouvez également rééquilibrer votre flore intestinale en faisant une cure régulière de probiotiques associée à des prébiotiques (L’association est importante, car les probiotiques se nourrissent des prébiotiques).

  • La consistance & forme des selles


Un autre signe qui parle : la consistance des selles. La texture des selles est tout aussi importante. Il existe 7 types de selle répertoriés par des chercheurs britanniques sur l’échelle dite de Bristol.

  • La constipation :


Il est bon de savoir que la constipation est finalement une forme de paresse intestinale provenant très souvent d'un défaut de la flore intestinale due à une mauvaise alimentation ou due à la prise de médicaments.

Si elle est chronique, il faut alors peut-être revoir certaines règles d’hygiène, c’est-à-dire :


- Boire (un peu plus que votre soif ) le long de la journée entre les repas pour hydrater le tube digestif (notamment le matin à jeun).

- Manger tous les jours plus de légumes et de fruits riches en fibres.

- Aller aux WC tous les jours même si l’envie ne vient pas pour créer des automatismes.

- Faites du sport régulièrement (ex : marche quotidienne). L’activité permettra de stimuler votre intestin et de faciliter votre transit.

- Manger à des heures régulières et ne grignoter rien entre les repas. Le grignotage arrête la digestion.

- Méditer et éviter tout conflit ou situation de stress. Le stress peut générer de la constipation surtout s’il est chronique.

- Prendre des probiotiques associés avec des prébiotiques (L’association est importante, car les probiotiques se nourrissent des prébiotiques).


Pour vous aider au début du réglage, il est possible de prendre du psyllium blond (1 cuillère à café dans un verre d’eau) chaque matin.

Dans tous les cas, si ces anomalies persistent, il faut consulter un médecin.

  • La diarrhée :

Dans les cas de diarrhée, il s’agit généralement d’une gastro-entérite, d’une intoxication alimentaire, d’une prise de certains médicaments (ex : antibiotiques, antiacides, magnésium...) ou d'un abus d'alcool, de café ou de tabac. Il pourrait aussi s’agir parfois d'une fausse diarrhée (suite à un épisode de constipation).


À noter pour ceux qui souffrent de diarrhée due à une gastro : les baies de myrtilles. C’est très utile de l’avoir avec soi en cas de gastro. Faites infuser 50 g de myrtilles séchées dans 2 litres d'eau. À boire tout au long de la journée, pendant 2 jours.


Si ce n’est aucune des causes ci-dessus, et surtout, si cela dure plusieurs semaines d'affilée, il faut envisager un intestin irritable, une hyperthyroïdie, le diabète, un problème de malabsorption ou une intolérance alimentaire (gluten/cœliaque, lactose...).


Dans tous les cas, si ces anomalies persistent, il faut consulter un médecin.

  • Des selles qui flottent :

Une bonne selle doit couler à pic au fond de la cuvette. Même si cela n’est pas nécessairement inquiétant, cela peut s’expliquer par une forte consommation de fibres, la présence de gaz intestinaux dans vos selles ou d’un excès de graisse (cf. plus bas).

  • Des selles grasses :

Une bonne selle doit couler au fond de la cuvette. Si elles flottent, c’est qu’elles sont trop grasses. Cela indique que vous avez mangé extrêmement gras et/ou que votre organisme digère mal les lipides présents dans votre alimentation.

Dans le 2ème cas, les causes peuvent être multiples :

- Du pancréas (qui coupe les lipides en morceaux),

- Du foie (qui ne produit pas assez de sels biliaires)

- De l'intestin (maladie inflammatoire, intolérance...).

- Cela peut également s’expliquer en cas de pertes de poids importantes (régime). Pour ce dernier cas se doit être passager.

  • Du mucus dans les selles :

Le mucus est une substance transparente, blanche ou jaune ayant la consistance de la gélatine et il est produit par la muqueuse du gros intestin. Il n’a pas une couleur marron ou brunâtre comme les selles normales. Une petite quantité de mucus dans les selles est normale. Cependant, des quantités importantes de mucus doivent alerter.


On peut trouver plus de mucus que la normale dans les selles en cas de constipation ou de diarrhées de manière passagère.


Sinon, cela peut être la conséquence :


- D’une inflammation de la muqueuse intestinale qui n’est pas pathologique en soi.

- D’un taux élevé de bactéries nuisibles dans l’intestin. Quand le taux de bactéries devient trop élevé. En plus du mucus, certains signes apparaissent : des flatulences après la consommation de sucre, pain, pâtes, farine raffinée, riz blanc étuvé ou lait.

- D’une intolérance alimentaire : maladie cœliaque, maladie de Crohn, colite ulcéreuse, diverticulite…

- D’une allergie alimentaire. Dans ce cas, il faut trouver et éliminer les allergènes de leur alimentation.


À noter que lorsque la langue devient chargée et blanche, avec des marques des dents sur les bords, c’est souvent le signe que du mucus s’est formé dans les selles avec la consommation d’aliments gras, de laitages ou d’aliments à base de gluten (protéine végétale du blé). Il est conseillé d’éviter ces aliments jusqu’à l’amélioration des symptômes.


Par contre, quand le mucus est accompagné de sang, cela peut être un syndrome du côlon irritable (SCI) qui se caractérise entre autres par de la constipation. Dans tous les cas, si ces anomalies persistent, il faut consulter un médecin.

  • Bon à savoir

1/ Les genoux plus hauts que les fesses !

Et oui, on ne s’assoit pas sur la cuvette n’importe comment ! Si vous n’avez pas de toilettes turques comme la plupart dans nos pays occidentaux, il existe bel et bien une manière optimale de s’asseoir sur le « trône ». Il faut, lorsque l'on est assis sur les toilettes, que les genoux soient plus hauts que les fesses et l'ampoule rectale. Pour cela, la solution est très simple : installer un petit tabouret (ou autres) pour surélever les jambes par rapport au bassin. Ce simple changement de position change tout !

C'est la position la plus adaptée et la plus naturelle, que l'on peut encore exercer dans les toilettes turques ou japonaises.

2/ Prendre le temps de faire ses besoins

C’est un moment important. On évacue les déchets de notre corps ! Il faut prendre le temps nécessaire quand on va aux toilettes, oublier quelques minutes ce que l’on doit aller faire juste après ou ce que l’on a fait juste avant. C'est un peu comme, lorsqu'on médite : il faut être conscient de ce que l'on fait, être le plus détendu possible, à l'écoute de son corps, bien respirer, à l’écoute de ses mouvements internes. On ne s'isole pas par hasard dans les toilettes.


3/ Un petit massage

De ne pas hésiter à se masser le ventre, en suivant le trajet de l'intestin, notamment le matin à jeun, voire même sur la cuvette, pour favoriser le transit.


4/ Pousser, pousser !

L'ampoule rectale fonctionne avec deux muscles puissants : le sphincter anal à la sortie de l'ampoule rectale et un autre sphincter en amont qui ferme l'ampoule. Ces deux muscles travaillent en antagonisme. Lorsque l'un est ouvert, l'autre est fermé. Compliqué !

Du coup, lorsque vous poussez pour évacuer, le dernier sphincter s’ouvre, mais mécaniquement le premier se ferme. À l'inverse, si vous contractez le sphincter anal, vous allez ouvrir le premier.


Donc, au lieu de pousser continuellement (mauvaise idée) il faut alterner l'effort :

Pousser 30s dans un sens

Rétracter 30s dans l’autre sens

L'évacuation s'améliorera d'elle-même puisque le mécanisme physiologique fonctionnera dans le bon ordre.


5/ Faites du sport !

Le fait de marcher de 20 à 30 minutes par jour, de faire de la course à pied ou toutes activités sportives, renforcent les muscles de la sangle abdominale et enclenche une action mécanique sur le péristaltisme et le transit intestinal, qui favorise la vidange de l’intestin.

À noter qu’une trop forte activité sportive peut à l’inverse créer des troubles intestinaux/gastriques.


6/ Réfléchissez à votre niveau de stress.

Le stress peut faire des ravages dans votre corps, il a vraiment un rôle à jouer dans votre processus digestif. Il peut être à l'origine des problèmes de constipation, de diarrhées, etc.. Si vous êtes très stressé, trouvez la manière la plus efficace pour vous calmer, ne laissez pas le stress nuire à votre santé.


7/ Hydrothérapie du côlon

L'hydrothérapie du côlon permet une évacuation de ces vieilles matières ainsi qu'un nettoyage de la paroi du côlon où se sont incrustés les déchets. Les bienfaits de ce nettoyage sont immédiats et multiples. En cas de constipation chronique, de selles mal odorantes chroniques, rien ne vaut un bon lavage du côlon.

Pour le faire, je vous conseille de vous rendre chez un spécialiste de l’hydrothérapie du côlon ayant tout l’équipement et le processus d’hygiène adapter.

  • Conclusion

Vos selles sont une mine d’informations. Prenez le temps de les regarder au minimum une fois par semaine. En général, la nature de votre selle est principalement déterminée par votre alimentation et votre mode de vie. Des anomalies ne sont pas nécessairement problématiques surtout si cela ne perdure pas et que vos selles redeviennent normales rapidement.

Si vous constatez des selles inhabituelles, si la couleur de vos selles change brusquement, vérifiez toujours si vous avez mangé quelque chose de particulier ou si vous prenez un médicament pouvant avoir ce type d'effets secondaires. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin sans tabou. Ne laissez jamais ce type d’apparition passer inaperçue. Restez attentifs.

Article écrit par Sadia, naturopathe et infirmière, fondatrice du site Oum Naturel et rédactrice chez Juste Naturo.

Son site : https://www.oumnaturel.com

Son instagram : https://www.instagram.com/oumnaturel/

Sa page facebook : https://www.facebook.com/oumnaturel/

Son youtube : https://www.youtube.com/channel/UCPTBjMECH92aJqRhTXSiPTw

1,700 vues

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @juste_naturo

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube