Ventre qui gonfle? Cet article est pour toi !

Mis à jour : mai 5


Vous êtes nombreux autour de moi à soulever la question : " Pourquoi est-ce que mon ventre gonfle ? ". Souvent après les repas, ensuite dès le réveil ou lors d'épisode(s) de stress, avec éructations, gaz ou non... C'est un sujet intéressant qui relève, moins d'un symptôme isolé, que d'un état d'encrassement de notre système digestif.


Un ventre qui gonfle, c'est aussi un bidon qui s'exprime, qui élève sa voix et qui nous indique que l'on ne l'écoute pas assez, qui se révolte et qui demande de l'attention.


Je vous invite, à travers cet article, à comprendre les mécanismes qui prédisposent à cette manifestation symptomatique !


Pourquoi notre ventre gonfle-t-il ?

Un ventre qui gonfle, c'est un ventre qui ne respire pas, c'est à dire un ventre qui ne parvient pas à faire circuler correctement les matières, les liquides, les émotions et les déchets, qu'il possède en son sein.

  • Les liquides : ce sont les humeurs d'Hippocrate, c'est à dire notre sang, notre lymphe, mais aussi tout ce que nous sécrétons, comme notre bile, nos sucs gastriques, biliaires et pancréatiques (...).

  • Les matières : ce sont nos viscères, nos tissus et nos (bonnes ou mauvaises) graisses.

  • Les déchets accumulés : ils viennent s'entasser au coeur de nos organes digestifs, de leur(s) tissu(s), et congestionnent, font surchauffer la machine, en bref la rendent poreuse, c'est à dire perméable à l'intrusion de polluants qui sont d'origine exogène (schématiquement ce sont les toxiques* issus de notre hygiène de vie et qui viennent de l'extérieur) ou endogène (ce sont les toxines qui proviennent de notre métabolisme, qu'elles soient digestives, cellulaires (etc...) et qui sont produites à l'intérieur de l'organisme).


En jouant sur notre potentiel de membrane (perméabilité intestinale) ou sur l'inaction du chef d'orchestre (le foie) de nos émonctoires (organes d'élimination), ces déchets viennent nous polluer en passant de la lumière digestive (intérieur des conduits de la bouche à l'anus) à notre milieu interne (nos humeurs et nos tissus).


Tout ceci prédispose notre organisme à une congestion de ses organes émonctoires et à une sur-saturation de nos humeurs. Tout cela va venir fatiguer notre système qui n'aura plus la force d'éliminer correctement les déchets quotidiens qu'il doit traiter. Ce phénomène prédispose en partie à un autre : l'inflammation !

L'inflammation dans la congestion, clef de voûte des perturbations digestives ?

Notre ventre s'exprime et gonfle quand il est dans un état d'inflammation. Cela veut dire que nos tissus réagissent de manière forte suite à une "irritation" qui, soit, provient de :


1. l'extérieur par des pollutions (eau, air, nourriture), ou des énervations de notre système par nos émotions. 
 
2. l'intérieur de notre corps par nos congestions (émonctorielles et/ou liquidiennes) qui favorisent la survenue de déchets non éliminés qui viennent irriter les tissus . 

Cette inflammation est possible qu'à partir du stade de la congestion, c'est à dire du ralentissement du fonctionnement de nos organes digestifs qui se trouvent encombrés par des déchets physiques (mais aussi émotionnels) qu'ils n'arrivent plus à éliminer correctement et qui s'accumulent, stagnent et bloquent, leur activité.

Quels sont ces déchets ?

  • Nous avons les déchets que nous accumulons dans la tuyauterie, c'est à dire dans la lumière de notre sphère digestive, ce que nous appelons simplement la plaque mucoïde (comprenez ici des selles sèches mélangées avec du mucus séché).

  • Également, nous avons les boues du foie qui sont des résidus stagnants de bile, dans les canaux et la sphère hépatique, qui se sont solidifiés à la suite d'une congestion empêchant la bile de tomber correctement dans son lieu de précipitation naturelle : la vésicule biliaire. Ils sont de couleur rosâtre et ont la texture d'une boue malodorante !

  • Nous avons également les lithiases (calculs biliaires ou intra-hépatiques), et enfin les mucosités stagnantes au niveau des canaux lymphatiques, qui viennent congestionner le système cellulaire et qui entraînent un état de constipation liquidien, première constipation de l'organisme qui enclenche les autres.

À tous ces déchets, nous pouvons y accoler des émotions bloquées que nous n'avons jamais exprimé et qui stagnent en nous, sous forme de vibration (désolé je fais un peu l'holistique là) et qui impactent notre énergie et la bonne marche de notre corps, nous rappelant par la même occasion la nécessité de les transmuter, guérir, afin de pouvoir continuer à vivre normalement ! Je le répéterai jamais assez : les maux du corps restent les mots de l'âme et ce qui ne s'exprime pas s'imprime et finit toujours par se manifester au niveau du corps physique !

En outre, nos émotions, dans un contexte amenant notre organisme au stress, viennent impacter son fonctionnement normal, entrainant la création des déchets énumérés plus haut : les hormones du stress produites de manière chroniques sont très délétères !

Nos émotions


Nous imaginons souvent peu, ou pas du tout, les effets qu'ont nos émotions sur notre santé. Elles sont pourtant capitales et jouent le rôle d'acteurs de notre fonctionnement interne ! Nos émotions gouvernent nos sens, impactent notre activité nerveuse et viennent se loger ici ou là, déclencher des phénomènes qui vont avoir telle(s) ou telle(s) conséquences sur notre organisme et sa physiologie : la somatisation tu connais ?!


Si elles puisent leur origine dans un sentiment de peur, d'angoisse, ou toutes énergies négatives, elles vont induire un stress assez important pour infléchir l'équilibre de notre système nerveux autonome ! C'est à dire que nous passons en mode orthosympathique (stress) qui dévalorise notre branche nerveuse parasympathique (qui permet la bonne marche de notre métabolisme et de notre physiologie), en faveur de réaction(s) de survie !


Notre parasympathique correspond, aussi, à notre nerf vague qui innerve notre système digestif, qui permet la bonne ouverture de ses cardias (pylores, sphincters...). Il favorise les bonnes sécrétions de nos glandes et organes digestifs (très importantes pour la digestion) !


Si notre organisme est paralysé par un étatique sentiment de stress conscient, inconscient ou subconscient, toute la bonne marche digestive est considérablement impactée ! Les cardias s'ouvrent moins bien, les sécrétions sont moins importantes, le sang circule plus difficilement dans le système... Bref c'est l'état de la co-stipare (constipation) digestive qui est facteur de fermentation d'un bol alimentaire stagnant.


Cela va favoriser, d'une part, l'irritation de la muqueuse digestive et entraine la surproduction du mucus protecteur de la paroi, et d'autre part l'apparition de gaz (qui font gonfler le ventre), directement liée à l'état de fermentation des aliments qui se transforment en alcool.



Mucus et plaque mucoïde


(photo : https://www.instagram.com/ines_healing_journey/)


La plaque mucoïde se situe au sein de l'intestin grêle et du côlon et n'est rien d'autre que de la matière fécale sèche. Elle s'est formée à la suite de mauvaises digestions chroniques, aboutissant à des congestions (lymphatiques et organiques) qui ont entrainé des phénomènes inflammatoires.

Comment se crée la plaque ?

Normalement, du mucus est sécrété, de manière naturelle et normale, par les glandes se trouvant au sein de la muqueuse de notre digestif. Il joue un rôle fondamental dans la protection des muqueuses intestinales.

En revanche, si notre alimentation est raffinée, lourde, peu digeste, si elle est transformée, qu'il y'a des résidus de pesticides, des nano-particules chimiques provenant d'arômes, de conservateurs, de modulants ou encore d'exhausteurs (...), l'intestin sera assailli par des matières toxiques difficilement assimilables et surtout qui entraineront un état inflammatoire.


Notre organisme n'aura d'autres choix que de sécréter encore plus de "mucus" afin de protéger les parois sensibles de son appareil digestif.

Si nos assiettes sont tous les jours composées d'aliments raffinés, cuits, dévitalisés, transformés, la sécrétion en grande quantité de mucus deviendra chronique et là nous assistons à deux phénomènes se développant parallèlement et intrinsèquement liés :


  • D'une part, une alimentation composée essentiellement de produits raffinés et transformés entrainera une faiblesse des organes digestifs (estomac, foie, pancréas et intestins) du fait de la sur-sollicitation que ce type de nourriture nécessite afin d'être "correctement" digérée. L'alimentation moderne est en outre directement créatrice de mucus (imaginez l'amidon visqueux que vous retirez de votre passoire quand vous égouttez votre riz blanc, et bien tous les produits contenant des sucres ou des farines raffinés, et des laitages animaux, produisent le même résultat dans nos intestins et nos liquides, et viennent congestionner.


  • Ensuite, la production chronique de mucus entrainera un ralentissement du transit, ce qui débouchera sur des mauvaises digestions avec des aliments entrant en état de fermentation.

La faiblesse digestive, accompagnée du ralentissement de la motricité intestinale, entraine un état inflammatoire qui nécessite la production d'encore plus de mucus. La répétition de ce phénomène amène à la création de ce que nous appelons la plaque mucoïde. Celle-ci va venir boucher les microvillosités présentes tout le long de nos intestins et qui créent le pont entre notre milieu intérieur et extérieur !


Les mucosités et autres résidus présents dans la lumière digestive prédisposent l'organisme à des états inflammatoires, des proliférations (vermines, micoses...) et à la multiplication des infections diverses présentes dans la zone digestive. Le phénomène ne s'arrête pas là, car elle aura aussi pour double effet de "polluer" le corps dans son ensemble par son état de décomposition continue qui entraine une porosité intestinale qui amènera les poisons, issus de l'alimentation et des mauvaises digestions, directement dans nos humeurs (milieu interne).


La porosité entraine une baisse de l'immunité et une baisse de la vitalité, un stress organique continue... Petit à petit les cellules commencent à périr étouffer par les poisons et les résidus de leur propre métabolisme, qui s'accumulent et qui ne sont pas éliminés correctement. Nous sommes en plein dans le processus d'oxydation cellulaire (dégénération) et je pense sincèrement que l'ensemble de nos maladies modernes proviennent de ce phénomène de congestion, lié à une alimentation moderne inadaptée au corps humain, à une sédentarité importante et à un stress accaparant notre énergie, dans un environnement coupé de la nature !


Notre énergie


La congestion de nos organes émonctoire, par les déchets issus des mauvaises digestions, entraine une fatigue de l'organisme.

Paradoxalement, la baisse de vitalité est responsable, dans une boucle rétro-active "d'encrassement" (c'est à dire d'accumulation de déchets au sein de nos liquides et de nos tissus) et d'une congestion encore plus grande de la sphère digestive. On est vraiment ici dans le schéma du chat qui se mort la queue, car plus l'organisme est fatigué, plus il a du mal a traiter les déchets, issus des digestions, qui s'accumulent. Et plus l'organisme est congestionné, plus les déchets accumulés nécessiteront un pillage de l'énergie disponible, dédiée au métabolisme normal du corps, afin de tamponner leur action. Il y'a donc moins d'énergie disponible pour la digestion, ce qui entraine des états de fermentation, qui entrainent une création de plus de déchets, qui ont plus de mal à être éliminé, et qui viennent encore plus congestionner l'organisme, ce qui entraine encore plus de fatigue, qui elle même va venir encore plus congestionner... Vous comprenez l'idée !

Stratégies naturelles

Vous trouverez tout ce qu'il faut dans les autres articles du site (je vais citer les plus importants en bas), mais la priorité est de tendre vers :

  • un repos (jeûne) de l'organisme afin de favoriser l'énergie qui servira au corps à mettre en mouvement les déchets accumulés.

  • en parallèle, on évite les aliments raffinés et transformés et on tend vers une alimentation naturelle.

  • on peut s'aider de l'argile qui va baisser de facto les fermentations,

  • on peut pratiquer la purge à l'huile de ricin qui va venir balayer et nettoyer le digestif et le lymphatique superficiel,

  • utiliser toutes les plantes digestives en accord avec les capacités et les besoins de notre organisme

  • enfin, cherchons toujours à tendre vers un équilibre émotionnel. Pleurer peut littéralement changer les choses, accepter, pardonner, lâcher-prise et VIVRE !


Articles à lire sur le sujet !

=> Huile de ricin

=> Argile

=> Jeûne

=> Revitalisation

=> Respiration

=> Alimentation

=> Les jus de légumes

Article écrit par Adrien Ruet, naturopathe et fondateur du site Juste Naturo


Son facebook : Juste Naturo

Son instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube