Protéines animales et santé ?

Mis à jour : janv 14


Dans le vaste monde de la santé par la nature, si il y'a un sujet qui divise, c'est bien celui des protéines... Je vais parler avec le coeur, mon retour d'expérience et recul, afin de vous apporter mon regard sur les protéines animales dans une vision hygiéniste et de santé.


Des acides aminés indispensables ?


Idéalement, je dirais qu'il est préférable de consommer, même peu, des protéines issues du monde animal, pour la simple raison que notre corps a besoin de protéines pour fonctionner et vivre. Les protéines issues des animaux (même si cela me fait mal au cul de le dire) contiennent la totalité des acides aminés essentiels, au nombre de 9, que notre corps ne peut synthétiser lui-même, face aux protéines végétales dont la composition diffère.


Le rôle des protéines


Les protéines sont impliquées dans de nombreux processus physiologiques, comme le transport de l'oxygène dans le corps, la réponse immunitaire à une agression, la digestion... Les acides aminés sont nos seules sources d'azote, indispensable à notre développement, et nos muscles ont besoin de protéines pour se développer et s'entretenir.  


J'ai pratiqué de nombreuses réformes alimentaires depuis 4 ans, de nombreuses restrictions, en allant jusqu'à être un crudivore acharné. Finalement, c'est par l'expérience que j'ai compris l'intérêt vital pour moi de manger chaud l'hiver et d'accepter les aliments de tolérance (qui produisent de la chaleur mais qui sont ultra encrassants) comme les céréales... et aussi de remanger des protéines issues du monde animal. Tout cela dans une dynamique d'hygiène vitale respectueuse des processus, des possibilités et des besoins de mon corps.


En naturopathie, nous tendrons toujours vers le respect et la protection du vivant, de notre corps et de la terre. Je sais que certains peuvent totalement se passer de protéines animales, alors que d'autres en auront besoin, que cela soit lié à leur tempérament, leur vitalité, ou plus simplement à leur environnement. En tant que naturopathe, je ne peux qu'appuyer une forme de tempérance face aux dogmes alimentaires, mais je ne rejette rien.

Quelles protéines animales manger ?



Aujourd'hui je mange en moyenne, ou selon mes envies, 3 fois par semaine du poisson gras, pêché la veille ou proche, que j'achète au marché, majoritairement cru (c'est excellent bien préparé) et des oeufs une à deux fois par semaine. Il m'arrive également de manger de la viande blanche, mais j'essaye au maximum d'éviter les viandes rouges, les crustacés et les charcuteries qui sont indigestes.


Les oeufs représentent également une bonne source de protéines de haute qualité et de bon acides gras. Tous les acides aminés y sont présent. Je conseille de les cuire le moins possible et de les faire à la coque ou mollet. 


Les poissons sont riches en iode, vitamine du groupe B et E, en acides gras poly-insaturés (oméga3). Ils représentent une bonne source de protéine (15 à 30g de protéines sur 100g). Je conseille de consommer majoritairement les poissons gras riches en oméga 3, comme les sardines ou maquereaux, qui se trouvent en début de chaine alimentaire et qui concentrent le moins de métaux lourds. Souvent, je conseille de les consommer avec un peu de spiruline (super aliment qui a en outre la capacité de capter les métaux lourds). 


Pourquoi éviter la viande rouge, les abats, les crustacés et les charcuteries ?


La viande rouge est très riche en purine, qui dégradée donne l'acide urique (coucou les arthritiques). Elle demande des efforts à l'organisme pour être éliminée. Il faut quand même avoir à l'esprit que la purine est l'élément que nous retrouvons dans toutes les cellules et tissus morts et qu'elle sont vraiment à proscrire à qui voudrait éviter d'augmenter sa toxémie et ses surcharges cristalloïdes. De manière générale, ces types de protéines sont indigestes et nécessitent de longues heures de digestion, fatiguant l'organisme. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de dire que sa consommation est néfaste à l'organisme.


Nous pouvons lire sur le site de l'organisation mondiale de la santé (OMS) :

" Selon les estimations les plus récentes du Global Burden of Disease (GBD) Project, organisme de recherche universitaire indépendant, 34 000 décès par cancer par an environ dans le monde sont imputables à une alimentation riche en viandes transformées. La consommation de viande rouge n'a pas encore été établie comme cause de cancer. Toutefois, si la causalité des associations rapportées était prouvée, le projet GBD a estimé que les régimes riches en viande rouge pourraient être responsables de 50 000 décès par cancer par an à travers le monde. "

Il y'a encore beaucoup de chose à dire, et l'article pourrait être très long... Mais ce qu'il faut garder à l'esprit est qu'une alimentation saine est avant tout une alimentation peu pourvoyeuse en déchets métaboliques (issus de la digestion), fraiche, locale et vivante (avec tous ses éléments bio-disponibles), qui va venir profondément nourrir l'organisme et non l'encrasser et lui promettre de longues et fastidieuses digestions.

Article écrit par Adrien, fondateur du site Juste Naturo


Son facebook : Juste Naturo

Son instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @juste_naturo

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube