Burn out : faire une pause pour guérir

Mis à jour : janv. 14



Un mode de fonctionnement destructeur


C’est quelque chose que je n’avais jamais envisagé auparavant. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours fait passer le « devoir » avant le « besoin ». Je suis une enfant du Perfectionnisme exilée en terre d’Intransigeance.

Pourquoi écouter ce cœur et ce corps qui parlent, alors qu’il est bien plus simple, pendant toutes ces années, de s’annihiler totalement, travailler la nuit, travailler au point de manger et boire n’importe quoi, puis travailler au point de ne plus manger du tout, être à deux doigts de se perfuser au café quand la consommation journalière dépasse les 1.5L, travailler au point d’oublier son corps, travailler pour cacher ses blessures, travailler pour se réfugier…

Nous vivons dans un monde où l’on se persuade de faire des choses qui ne nous font pas vibrer en pensant naïvement que cela nous rendra heureux d’avoir le sentiment d’avoir achevé quelque chose. Parce que nous n’avons jamais appris à écouter notre cœur. Et quoi que l’on fasse, ce n’est jamais assez bien et on entretient constamment des pensées négatives envers nous-même.

Les voyants d'alarme s'allument


Puis un jour, des invités sonnent à votre porte. Ces invités s’appellent « Maladie » et « Burn-out ». Ces invités sont en réalité jumeaux. « Maladie » et «Burn-out » sont deux étiquettes que l’on colle à un ensemble de symptômes qui montrent simplement que la dégénérescence est en train de prendre le dessus sur la vitalité dans notre organisme. A vrai dire, cela fait un bon paquet d’années que « Maladie » attend patiemment devant la porte que vous lui ouvriez. « Maladie » est un véritable caméléon. Au fils des années, elle a su revêtir des formes étonnement diverses et variées, pensant qu’à force d’attirer votre attention, vous finiriez bien par lui ouvrir. N’ayant malheureusement pas eu de réponse, elle a tapé de plus en plus fort, mais vous ne vouliez pas entendre. Peut-être parce que vous aviez peur de ce qu’elle avait à vous dire. Sûrement. Alors comme vous ne lui laissiez plus le choix, « Maladie » a déployé les grands moyens et a appelé « Burn-out » en renfort.


En voyant ces deux-là devant chez vous, vous vous dites qu’il est hors de question de les laisser rentrer. Ils n’ont pas une bonne tête et puis, ils pourraient faire foirer vos plans « d’avenir ». Et comme vous n’avez jamais appris à être poli et attentif, plutôt que d’écouter ce que ces invités ont à vous dire, vous leur fermez la porte au nez. C’était sans compter que « Maladie » et « Burn-out » sont très coriaces… ! Quand ces deux-là sont sur le seuil de votre porte, ils finissent toujours par rentrer chez vous. Alors ça ne rate pas, vous poussez votre corps jusqu’au bord du précipice, jusqu’au dernier petit millimètre de terre avant le vide. Vous ne dormez plus, vous ne mangez plus, vous êtes là, telle une âme errante à l’état végétatif, mais ce n’est pas grave ! « Je dois continuer, je dois continuer… ». Toujours plus fort que les autres… Et à ce moment-là, dans un élan salvateur et bienveillant, « Maladie » et « Burn-out » font sauter le pas de votre porte. Ça vous remue comme un creux de 10 mètres en pleine mer, mais n’ayant alors plus les rennes en main, ni la force de vous entêter dans cette folie, vous êtes contraint de lâcher prise. Vous explosez en mille morceaux qui retombent inertes sur le sol. Cette partie est bel et bien terminée.


Le crash


Les mois qui suivent, on ne se cachera pas que vous êtes un légume. Légumes que vous mangez d’ailleurs en abondance pour remettre de la vie dans votre corps… ! Car vous avez à peine la force de vous extraire de votre lit chaque matin.


Physiquement, vous ne ressemblez plus à rien de ce que vous avez connu, mais cela fait du bien à votre égo et vous apprend à vous aimer autrement, d’une manière authentique. Vous faites le deuil de vos anciens projets. Vous apprenez à accepter votre situation. Tout doucement, petite pierre par petite pierre, vous vous reconstruisez. Après avoir passé des années à courir le marathon de votre vie sur le rythme d’un sprint, vous faites une pause. Pas la pause éphémère et maquillée que l’on prend pour se donner bonne conscience sans réellement décrocher. Non, la vraie pause dans votre vie. Vous dormez. Vous méditez. Vous dormez encore, car vous en avez réellement besoin. Vous faites des soins thérapeutiques en tous genres. Vous vous donnez de l’amour et de la paix. Vous vous reconnectez à la Nature. Vous vous reconnectez à vous-même.


Réconciliation avec son corps et guérison


Vous passez désormais vos journées à prendre soin de vous. Qui l’eût cru…Pas vous en tout cas ! Vous réalisez que vous être riche de vos expériences passées, heureuses ou douloureuses, et qu’absolument rien n’est un échec sinon un apprentissage.

Vous comprenez aussi que si la vie vous a amené ces épreuves, c’est que vous n’étiez pas à votre place et que quelque chose d’autre vous attendez ailleurs.

Et la bonne nouvelle, c’est que ce sont de très belles choses. Vous découvrez avec émerveillement comment la vie sait, avec une facilité déconcertante, vous mettre sur votre voie du moment que vous savez écouter ses murmures. Vous découvrez aussi que vous n’êtes pas qu’un amas de cellules mais que ces cellules ne sont que le support d’une énergie native et ubiquitaire qui circule en vous, vous anime, fait le lien. Vous comprenez alors que pour vous relancer dans la danse de la vie, il vous faut soigner votre corps, mais aussi votre âme.


Alors oui, il va falloir se remonter les manches, se remettre profondément en question et faire face à de vieilles blessures que vous aviez soigneusement cachées au fond d’un poussiéreux tiroir et qui font de vous la personne que vous êtes aujourd’hui. Mais vous le faites avec une bonne et sincère volonté car vous ne voulez plus tenir le rôle de figurant dans le film de cette vie. Cela prendra le temps qu’il faudra. « Rome ne s’est pas faite en un jour » mais « Tous les chemins mènent à Rome ». L’essentiel est d’aller dans la bonne direction.

La petite flamme qui est toujours en vous recommence à briller, de plus en plus fort. Et vous vous rendez compte que plus vous êtes en paix et plus vous rayonnez, plus vous distribuez de la lumière autour de vous et plus on vous le rend.

Cela s’appelle la Loi de l’Attraction. On attire ce que l’on émet. Alors je ne vais pas vous mentir, il y aura des jours avec et des jours sans. Des grandes victoires et des petits coups de mou. Des moments de doutes et d’inconfort. Vous n’en restez pas moins humain. Acceptez ces incertitudes, asseyez-vous à côté d’elles, embrassez-les avec compassion et expliquez-leur qu’elles n’ont plus de raison d’être là. Car vous avez appris à écouter désormais, et vous avez ce feu précieux entre vos mains. Ce feu qui, petit à petit, refait circuler l’Energie Vitale en vous et qui vous guide sur le chemin de l’Intuition chaque jour. C’est tellement beau qu’il vous arrive de pleurer de gratitude. Vous entendez… ? C’est la mélodie de la guérison.

Article écrit par Laurie, ancienne doctorante en biologie marine, étudiante en école de naturopathie, rédactrice chez Juste Naturo.

Témoignages de consultation

( + de 80 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube