4 étapes pour faire la paix avec la nourriture !


Hello, je suis Raphaël. Entrepreneur et coach en développement personnel, passionné par les comportements alimentaires. J’ai développé cette vocation suite à mon parcours chaotique avec la nourriture et le poids ! Aujourd’hui, j'inspire des milliers de personnes à faire la paix avec la nourriture et leur appétit. Et si je commençais par te raconter mon histoire ?

Je crois que je suis né en étant accro à la nourriture.

J'ai toujours été ce petit glouton qui grignotait en cachette dans les placards. ... Puis, j'ai grandi en détestant mon corps (en étant dégoûté de moi-même). A 18 ans, j'ai fini en surpoids.

Je voulais changer et perdre ce poids ! Rien de mal en soit.

Le temps passe, et j'ai commencer à me prendre la tête avec les régimes. Je planifiais QUAND et QUOI manger. Plus tard, je me suis mis à compter minutieusement mes calories et mes glucides.

Je dépensais toute mon énergie à vouloir contrôler mon poids. Mais quels que soient mes efforts ou ma motivation, je finissais toujours par me goinfrer. En réalité, je ne maîtrisais rien. J’avais juste peur des calories, du sucre et des féculents.

Le moindre de mes gestes tendait vers un seul objectif : la perte de poids.

Les chiffres affichés sur ma balance (et la composition de mes assiettes) déterminaient si une journée était bonne ou mauvaise ...

J’étais tellement obnubilé par la nourriture que je ne savais même PAS à quoi ressemblait une alimentation normale. En observant les mangeurs normaux, je me disais : "Ils ont trop de chance de ne pas être accro à la nourriture".

Vu tout ce que j'engloutissais, je ne pensais pas être atteint de troubles du comportement alimentaire ("Je ne me restreins pas !").

Je pensais que mon obsession pour la bouffe et mes grignotages compulsifs venaient d'un manque de volonté.

Je me disais que si j’arrivais ENFIN à suivre parfaitement un régime, je serais enfin heureux, mince et beau ! "Demain, je me reprends ! C'est un nouveau départ, un nouveau jour" ... En vain !

J’ai passé des années à penser que quand je serai mince, je pourrai ENFIN m’accepter. Mais sur la durée, je me suis rendu compte que ça ne fonctionnait pas. Je n'étais jamais satisfait, et je ne faisais que craquer... Avec beaucoup de culpabilité.

Ça ne pouvait plus continuer comme ça. Je gâchais ma propre existence. Je m'isolais, et ma santé en prenait un coup...

Aujourd’hui, tout a changé : j’ai guéri !

Beaucoup restent bloqués dans leurs galères alimentaires toute leur vie. Moi, j'ai eu de la "chance" : je suis tombé sur les bonnes lectures, les bonnes personnes, au bon moment ! Cela dit, ça ne s'est pas fait en un claquement de doigt. Je n'avais pas le choix : j'étais seul, et mon navire coulait.

Avant d’en arriver où j'en suis aujourd'hui, il m'a fallu du temps et beaucoup de confiance.

Quand j’ai décidé de sortir de la restriction (et de lâcher prise) ... J’étais terrorisé (peur de grossir, etc.) Mais j'ai continué de me former. D'apprendre. De dévorer des études. De saigner des podcasts. De prendre des notes... Et de passer à l’action.

Le chemin vers la liberté n’est ni facile, ni linéaire. Mais il en vaut le coup !

Je dirais même que parfois, la guérison fait plus mal que la blessure. Il y a plus de 3 que j’ai entrepris cette aventure, et aujourd'hui, mon seul désir est de me sentir bien après avoir mangé.

Les 4 étapes pour faire la paix avec la nourriture et freiner ses compulsions alimentaires :


1. La première étape : identifier les origines du mal


Les compulsions alimentaires sont une réponse à la restriction. S’il y a compulsions alimentaires, alors il y a une forme de restriction qui se cache quelque part. Il peut s’agir d’une restriction physique ou mentale. Est-ce que ton alimentation répond à tes besoins biologiques ? Es-tu en train de fuir strictement certaines catégories d’aliments ? Juge-tu constamment tes comportements alimentaires ? Vis-tu dans la peur de manger/de grossir ?

De simples pensées peuvent alerter ton corps d’une éventuelle famine ou d’une intention de te priver à l’avenir. La restriction (et surtout la restriction mentale) déclenche un instinct de survie, ce qui te pousse à manger sauvagement pour te protéger d’une éventuelle pénurie.

2. Ensuite, il faut se désidentifier du trouble alimentaire :


Une personne souffrant de TCA rencontre souvent un problème d’identité. Par exemple, suite à une blessure émotionnelle, la personne s’est identifiée au fait de faire (ou ne pas faire) un certain poids. En fonction de ce qu’elle mange, ses émotions vacillent. En fonction de son poids sur la balance, son estime de soi peut s’écrouler.

Il faut se désidentifier des étiquettes « boulimique » « hyperphage » « malade ». Tu n’es pas malade, puisque ton corps fonctionne parfaitement : il te protège de la restriction ! Tu n’es pas un cas désespéré qui manque de volonté... Tu es juste victime du fonctionnement biologique de ton corps !

3. Se nourrir avec simplicité et bienveillance :


Le développement personnel représente une bonne partie du processus de guérison, mais la façon dont on se nourrit est également importante. Se débarrasser de la restriction, c’est aussi s’autoriser à manger des quantités suffisantes (plus que suffisantes !). Ton métabolisme ne tourne pas à la soupe au choux. Il s’agit d’arrêter de se nourrir avec le moins de calories possible. Se faire de vrais repas (réguliers), c’est la base. Manger c’est comme respirer, aller aux toilettes, dormir ou boire de l’eau. Ça devrait être facile !

4. S’autoriser à être imparfait :


être en bonne santé, c’est aussi faire preuve de flexibilité. Honorer sa santé est important : d’où l’importance de suivre certaines règles alimentaires pour avoir de bonnes habitudes (et donner de bonnes informations à son cerveau).

Cependant, les « règles alimentaires » peuvent être contraignantes pour une personne ayant une faible estime d’elle-même. Quand il mange un aliment qu’il « n’aurait pas du », le mangeur compulsif tombe vite dans le schéma : « Je crains, j’ai tout foiré... Demain, je me reprends ! ». Il ressent des émotions profondes, vives et désagréables. Il tombe dans l’auto-jugement et l’auto-critique. La terre s’arrête de tourner. Ce perfectionnisme correspond à une restriction mentale (or la restriction entraine des compulsions alimentaires !).

L’idée, c’est donc s’accorder la permission totale de sortir de son « plan alimentaire », en toute liberté, à tout moment, et sans avoir l'impression de faire quelque chose d’interdit. Troquer sa culpabilité par « Oui j’ai mangé cette pâtisserie, elle était délicieuse et peut importe ce que je mange, tout va bien ». S’autoriser mentalement à manger de tout, ça ne veut pas dire « manger de tout et n’importe quoi » : ça signifie qu’on se donne la permission de le faire. A partir du moment où un aliment n’est plus strictement interdit, il devient beaucoup moins attirant et intéressant !

C’est de cette manière qu’on peut manger sainement, librement, facilement et durablement.

Article écrit par Raphael, entrepreneur et coach en développement personnel, passionné par les comportements alimentaires.


Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCkbiBdxBnqgiBx5yjorjDHg?view_as=subscriber

Instagram : @selonraphael

Facebook : SELON RAPHAEL

Site web : https://selonraphael.fr

LES PROGRAMMES EN LIGNE DE JUSTE NATURO

Les vidéos YouTube

Témoignages de consultation

( + de 60 à retrouver sur la page Facebook )

&

Suivez le feed sur instagram @adrien.liondenemee

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Icône YouTube